Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment définir les sports de combat provenant de Chine ?

De Yann, publié le 17/03/2018 Blog > Sport > Boxe > Qu’est-ce que la Boxe Chinoise ?

Selon un proverbe espagnol, « l’homme bien préparé au combat est à moitié vainqueur. »

Avant de monter sur le ring de boxe pour affronter un grand champion de boxe anglaise – de boxe anglaise bruxelles par exemple – , savate boxe francaise ou de boxe thaï, il n’y a en effet qu’une seule règle prédominante pour gagner au corps à corps : il faut une bonne préparation physique.

Les sports de combat d’origine chinoise sont très nombreux et il est difficile de quantifier les styles de boxe chinoise. Il y en a tellement, qu’il convient mieux de dénommer ces disciplines sportives par « arts martiaux chinois ».

En langue chinoise, art martial se dit « wushu », tandis que les arts martiaux chinois se disent en pinyin « zhōngguó gōngfū ».

Cette appellation – gong et fu – ne nous rappelle pas quelque chose ? Et oui, il s’agit de ce que nous avons coutume d’appeler le Kung-Fu, ou Gong Fu.

Les arts martiaux chinois se désignent aussi par les termes guóshù ou quánfa. 

On attribue l’origine de la pratique des arts martiaux à la nécessité d’auto défense et à la formation des militaires dans la Chine ancienne.

Intéressé(e) par les nombreux styles de boxe et les cours d’arts martiaux ? Il est vrai qu’en plus de se défouler sur un sac de frappe, mieux vaut comprendre ce que l’on fait.

Dans cet article, les bloggeurs de Superprof proposent à leurs lectrices et lecteurs une présentation de ce que nous résumons par boxe chinoise.

Comment désigner les boxes chinoises ?

Il y aurait environ 360 différents styles d’arts martiaux chinois. Autant dire que parler uniquement de boxe chinoise est réducteur.

 

Découvrir le monde des arts martiaux chinois : une révélation ! Envie de reproduire les acrobaties impressionnantes des pratiquants de kung-fu ?

En Occident, on classe les styles de boxes chinoises en arts martiaux internes – style se focalisant sur la maîtrise de soi, l’énergie, la respiration et la spiritualité – et en art martial chinois externe, basé sur le combat rapproché, la force physique et la vitesse.

La pratique du wu shu gong fu – ou kung fu wushu – est très diversifiée et codifiée : c’est un style de boxe chinoise contenant un enchaînement de combat à mains nues et avec des armes (dites tao lu : nunchaku, épée, etc.), des exercices d’assouplissement et des techniques de combat (sanda).

Sanda ?

Oui, la boxe sanda. C’est une discipline sportive déclinant deux types d’entraînements : l’un est civil – réglementé -, et se pratique par les compétiteurs. Il est proche de la boxe thaïlandaise ou du kick boxing.

L’autre est une discipline martiale, pratiquée par les militaires et tous les coups sont permis, y compris les points vitaux, la colonne vertébrale ou les articulations.

Le terme de Kungfu fut introduit en Europe durant les années 1970 pour désigner la boxe dans les films d’arts martiaux, notamment ceux joués par l’acteur iconique Bruce Lee (1940-1973), et plus tard, Jackie Chan et Jet Li.

Le kung fu se définit par « un art martial qui nécessite un travail long et difficile. » Le terme « kung » (ou « gong ») signifie en mandarin chinois l’adresse et l’habileté. « Fu« , signifie « maître », « mari », « lettré » : un homme épanoui.

Le kung fu traditionnel chinois tel qu’il peut être pratiqué par un grand maître se distingue donc du kung fu wushu, signifiant le combat, le volet sportif de l’art martial.

Ce dernier désigne initialement l’art de la guerre, ou l’art de stopper son adversaire avec une hallebarde (une arme chinoise composée d’une lance, d’un crochet et d’une lame).

Les pratiquants de kungfu wushu de nos jours, utilisent deux types d’enchaînements :

  • Le combat, nommé « sanda », une boxe thai pieds-poings avec projection,
  • Les techniques de combat, avec maniement des armes blanches (tao lu).

La boxe « Tao lu » se décompose, elle, de plusieurs techniques : 

  • Une boxe longue avec coups de pieds : le chang quan, une boxe gymnique originaire du nord de la Chine,
  • Une boxe avec coups de poing : le nan quan, désignant les boxes du sud de la Chine.

En conclusion, le kungfu est en fait une synthèse des centaines de styles de boxes chinoises – utilisant le coup de pied ou le coup de poing ou les deux, la tête, le coude et le genou pour frapper – pratiquées en Chine, et dont il faut au maximum éviter les points vitaux de l’adversaire : sanda boxe, quanfa, wushu, wing chun, etc.

Bien différent de notre boxe française

Quelques repères historiques sur la boxe chinoise

Activité martiale, les boxes chinoises se sont développées sous l’Antiquité, il y a 2 000 ans, et sont fortement imprégnées de légendes.

Connaître l'histoire du kung-fu, pour mieux saisir l'esprit de ce sport de contact. Imaginez : des milliers d’hommes de la dynastie des Ming surpuissants mettant quiconque KO à mains nues…terrifiant !

L’histoire retient que les arts martiaux émergent de la nécessité d’autodéfense et de formation intensive des militaires de la Chine ancienne.

C’est l’Empereur Jaune, qui aurait régné au 27ème siècle avant notre ère, qui aurait créé les prémices de la lutte chinoise.

Mais beaucoup plus récemment, au 5ème siècle de notre ère, un moine bouddhiste nommé Boddhidharma serait arrivé au monastère de Shaolin pour enseigner le bouddhisme aux moines.

Il aurait créé des exercices de sport pour les rendre plus robustes, pour améliorer leur condition physique et leur permettre de se protéger contre les maraudeurs, les pillards et les brigands qui mettaient le monastère en danger.

L’enchaînement devint progressivement un art martial pratiqué par les moines Shaolin.

Le style de combat fut ensuite exporté à travers toute l’Asie, et donna naissance au karaté (Japon) et au taekwondo (Corée du sud).

C’est aux 16ème et 17ème siècles que la pratique des arts martiaux par les moines Shaolin est attestée.

Jusqu’au milieu du 20ème siècle, la pratique du kungfu Shaolin et du kungfu wushu évolue entre une boxe chinoise au poing, et un art martial sans affrontements physiques.

Lors de l’avènement de M. Zedong sous la République Populaire de Chine en 1949, cet art bouddhiste – le kungfu – évolue en sport officiel du peuple et de l’État.

Quelles sont les disciplines sportives spirituelles d'Asie ? Sports de combat issus du confucianisme et du bouddhisme, on imagine mal des compétiteurs être « zen ».

Lors, se développe le kungfu wushu moderne, acrobatique et gymnique, se plaçant en totale rupture avec l’ancestrale pratique traditionnelle chinoise du kungfu.

Il faudra attendre la fin du régime maoïste (1975) pour que la pratique des arts martiaux traditionnels chinois puissent être réhabilités dans les différentes écoles de boxe et d’arts martiaux chinois.

Connaissez-vous les origines de la boxe anglaise ? Et celles de la boxe américaine ?

Pratique sportive et postures du kung-fu

La culture chinoise est si riche et tellement imprégnée de spiritualité, de maîtrise du corps humain, qu’il ne s’agit pas uniquement de frapper l’adversaire pour le vaincre par knockout (KO).

Faire de la boxe chinoise n’est pas uniquement pratiquer l’art de la self-défense, mais avant tout maîtriser le corps et l’esprit, une philosophie de vie et un développement du potentiel physique et mental des pratiquants, grâce à de puissantes techniques de combat.

Il s’agit de s’inscrire dans un véritable accomplissement de soi.

La pratique d’une boxe chinoise vise à l’épanouissement des pratiquants, au niveau physique et mental.

Elle oeuvre à un renforcement musculaire pour frapper avec punch, sans provoquer de blessures, ainsi qu’à se mettre dans des positions permettant un bon enchaînement des techniques d’attaque, d’assaut et de défense (conserver sa garde).

Les pratiquants, munis de gants de boxe et de chaussures de boxe, apprennent le jeu de jambes rapide, pour éviter d’endommager les points vitaux. À pratiquer partout, comme la boxe bruxelles, très accessible !

En pratique ludique, le dos, le cou et la colonne vertébrale sont d’ailleurs des coups proscrits.

Faire du kung fu dans un club de boxe permet donc de recevoir un entraînement très complet, renforçant la santé physique et mentale, sous les conseils avisés du coach de boxe, un instructeur expérimenté.

Les boxes chinoises traditionnelles imposent des postures acrobatiques qu'on a envie d'apprendre. Le temple de Shaolin est, depuis le Moyen-Âge, un haut lieu de pratique du Kung-fu.

Qu’en est-il des postures de boxe chinoise ?

Elles sont évidemment différentes de celles de la savate boxe française.

Chaque style de boxe possède ses variantes, toutefois, il existe un certain nombre de postures de base que l’on retrouve en Europe dans les écoles d’arts martiaux asiatiques :

  • Le cavalier : jambes écartées et pieds parallèles, genoux pliés vers l’extérieur, buste vers l’avant,
  • Le pas en arc : une jambe pliée en avant, l’autre tendue vers l’arrière, buste en avant. Une posture permettant de frapper du poing et du pied rapidement,
  • La position du chat : sur une jambe, pointe du pied tendue pour frapper du pied avant,
  • La grue : une posture sur une seule jambe, genou relevé, pointe du pied tendue, pour frapper du pied,
  • La chèvre : position de « wing chun ». Les pieds doivent être écartés à la largeur des épaules, genoux et pieds rentrés vers l’intérieur,
  • La position de l’homme ivre : position de style traditionnel, avec un pas d’esquive sur le côté, une jambe l’une sur l’autre,
  • Le pas rasant : jambe avant tendue, et jambe arrière fléchie. Le pied de la jambe arrière doit tourner de 45° vers l’extérieur, c’est une posture pour l’esquive et la défense,
  • Le pas vide : se réalise avec la jambe arrière fléchie, et la jambe avant posée sur la pointe, buste tourné vers l’avant,
  • Le dragon : la position du dragon sert le coup de pied ou la rotation, c’est une posture d’attaque. Jambe avant fléchie, pied tourné en angle droit, jambe arrière pliée, posée sur la pointe du pied. Le genou arrière se positionne pile au niveau du talon avant.
  • Le tigre : cette posture stimule les muscles des jambes et les abdominaux. La jambe est pliée, le genou de la jambe arrière frôle le sol.

Avant de foncer tête baissée vers le dojo de l’école de boxe la plus proche, pensez bien qu’il faudra acquérir le matériel de boxe nécessaire.

Des armes de kung fu, des protections, une tenue de kung fu et des chaussures seront certainement nécessaires. Un premier cours d’essai gratuit permet souvent de confirmer sa nouvelle passion avant de passer aux achats.

Avez-vous déjà entendu parler du sport à la mode : le shadow boxing ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar