« Les vraies études sont celles qui apprennent les choses à la vie humaine », Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704)

Pas facile lorsque l’on a 18 ans et que l’on termine ses études secondaires, après avoir réussi les épreuves du C.E.S.S de savoir vers quelles études supérieures se tourner. Entre les différentes filières, les études supérieures de type court ou de type long, à l’université ou dans une haute école, il est très facile de s’y perdre.

Les hautes écoles, appelés également écoles supérieures de type court sont des établissements d’enseignement supérieur qui transmettent l’apprentissage d’une profession qui demande une formation et un savoir-faire approfondit pour être pratiquée.

Les universités sont des établissements d’enseignement supérieur qui proposent une approche plus théorique du savoir et de la connaissance.

Entre les deux, votre cœur balance ? Essayons d’y voir plus clair.

L’enseignement supérieur après le C.E.S.S

En Belgique, les étudiants, après avoir réussi et obtenu leur certificat de l’enseignement secondaire supérieur, peuvent choisir entre deux grands types d’études : des études de type court et des études type long.

Les études supérieures de type court sont organisées sous la forme d’un seul cycle de formation de, généralement, trois années d’études. À la fin de ce cycle, les étudiants obtiennent le grade de bachelier.

Il existe encore la possibilité de suivre une année de cours supplémentaires pour obtenir une spécialisation comme dans le métier de sage-femme ou d’infirmier spécialisé. Les diplômés de cette section sont appelés bacheliers de spécialisation.

Les études supérieures de type long sont organisées en deux ou trois cycles :

  • Le baccalauréat est le premier cycle, appelé cycle de transition, d’une durée de trois ans. Il conduit au titre de bachelier et permet l’accès au deuxième cycle ;
  • Le second cycle est le cycle professionnalisant qui conduit après un ou deux ans minimum au grade académique de master. Il existe au sein de ce second cycle des spécialisations en vue d’obtenir une qualification professionnelle spécialisée. Elles conduisent au titre de master de spécialisation ;
  • Le troisième cycle d’études universitaires correspond au grade le plus élevé, le doctorat. Celui-ci s’obtient après défense d’une thèse.

Il est également possible d’obtenir en Belgique d’autres titres dans l’enseignement supérieur :

  • Le certificat d’aptitude pédagogique et l’agrégation de l’enseignement secondaire supérieur ;
  • Certaines formations continuées conduisent à la délivrance de certificats.

L’enseignement supérieur de type long à l’université

L'université de Liège
Les bâtiments de l’université de Liège dans le centre-ville

En Belgique, l’enseignement universitaire propose des études dans de nombreux domaines tels que les sciences économiques, les sciences de gestion, l’information et la communication, les langues et lettres, l’histoire, toutes les disciplines scientifiques, les sciences médicales, les sciences politiques, le droit… en tout, ce sont plus de 21 formations universitaires qui sont disponibles dans le plat pays.

Le baccalauréat qui constitue le premier cycle d’études universitaires à une durée de trois ans et conduit à l’obtention du diplôme de bachelier.

Le deuxième cycle conduit au diplôme de master après un ou deux ans et au diplôme de médecin et de médecin vétérinaire après trois années de cours.

Les études de troisième cycle conduisent au diplôme de docteur après avoir défendu une thèse devant un jury.

Les études à l’université ne demandent pas aux étudiants de réaliser un stage de fin d’études. Cependant, dans certains cas, s’il n’est pas obligatoire il peut être conseillé. D’ailleurs, de plus en plus d’universités belges proposent elles-mêmes des endroits de stage à leurs étudiants.

Type long ou type court dans les hautes écoles

Les hautes écoles forment des techniciens recherchés sur le marché de l'emploi
La haute école Fransisco Ferrer à Bruxelles accueille de nombreux étudiants du secondaire

Les étudiants qui ne souhaitent pas suivre des études supérieures trop théoriques, mais des études avec un côté pratique peuvent choisir les hautes écoles.

Les hautes écoles sont donc des établissements d’enseignement supérieur non universitaire.

Les formations de type court se déroulent durant trois à quatre années. Il s’agit de cours qui permettent aux étudiants d’acquérir une formation théorique, mais également et surtout une formation pratique de haut niveau. Il est également possible de se spécialiser en suivant une année de cours supplémentaires.

Généralement, les bacheliers qui sortent de l’enseignement supérieur de type court sont fortement recherchés sur le marché de l’emploi en raison de leur savoir-faire hautement spécialisé.

Il existe également en Belgique des formations de type long, de niveau universitaire, enseignées dans de hautes écoles. Ces formations sont scindées en baccalauréat d’une durée de trois ans suivis par une à deux années de master.

Les études artistiques après le certificat d’enseignement secondaire

Les études artistiques de niveau supérieur en Belgique ont une excellente réputation. Ces formations de niveau supérieur forment les étudiants qui sortent de l’enseignement secondaire dans des domaines aussi variés que :

  • Les arts plastiques, les arts visuels et les arts de l’espace ;
  • Le théâtre et les arts de la parole ;
  • La musique ;
  • Les arts du spectacle ainsi que les techniques de diffusion et de communication.

Les écoles supérieures artistiques ont leur fonctionnement propre, mais proposent également différents types de cursus :

  • Un cursus de type court en un seul cycle de formation de trois ans qui conduit au grade de bachelier professionnalisant ;
  • Un cursus de type long comprenant un cycle de formation de trois ans conduisant au titre de bachelier de transition et un master de deux ans ;
  • Un cursus de troisième cycle qui conduit au grade de docteur. Généralement, ce dernier cursus est organisé avec une université.

Les écoles supérieures des arts comprennent les différents conservatoires royaux de musique du pays et les académies royales des beaux-arts.

L’enseignement de promotion sociale

L’enseignement de promotion sociale en Belgique est un type d’enseignement à horaire décalé qui se donne en soirée ou le samedi matin. Il est possible d’y suivre de nombreuses formations tout en exerçant une activité professionnelle.

Pour avoir accès à l’enseignement de promotion sociale, les étudiants doivent être en possession de leur certificat de l’enseignement secondaire supérieur.

L’une des caractéristiques de l’enseignement de promotion sociale est qu’il favorise la valorisation des acquis, comme l’expérience professionnelle. De plus, les cours dispensés dans un institut d’enseignement de promotion sociale sont constitués d’unités de formation débouchant chacune sur une attestation de réussite. On parle de formation capitalisable.

Lorsque l’élève ou l’étudiant possède toutes les attestations de réussite de la formation dans laquelle il est inscrit, il peut présenter l’épreuve intégrée.

L’enseignement de promotion sociale permet d’obtenir les diplômes et titres suivants :

  • Le titre de bachelier dans le cadre d’études supérieures de type court ;
  • Celui de master dans le cadre d’études supérieures de type long ;
  • Le certificat d’aptitudes pédagogiques (CAP) pour les personnes qui souhaitent pouvoir enseigner, mais qui n’ont pas suivi de formation d’enseignants ;
  • Le certificat d’aptitudes pédagogiques pour l’enseignement supérieur.

Les autres types d’études en Belgique après le C.E.S.S

En plus des études dites classiques de l’enseignement supérieur, il existe en Belgique d’autres possibilités d’études et de formation pour les diplômés de l’enseignement secondaire en possession de leur C.E.S.S.

L’École Royale militaire

L'école royale militaire dans la capitale belge
L’École Royale militaire attire de plus en plus de jeunes

L’École Royale militaire belge est une école d’enseignement supérieur dépendant de l’armée belge.

Elle forme les officiers de l’armée belge qui font partie de la composante terrestre, aérienne, maritime et médicale des forces militaires du pays. L’école royale militaire prend également en charge la formation de nombreux officiers venant d’autres pays de l’Union européenne et même d’Afrique.

L’École Royale militaire accueille à peu près 850 élèves par année pour ses deux facultés. Faisant partie de l’armée et sous la tutelle de l’État fédéral, l’enseignement dispensé y est gratuit et les cours sont donnés en français, en néerlandais et en anglais.

Pour la petite histoire, l’École Royale militaire a été fondée en 1834, peu de temps après l’indépendance de la Belgique, sur le modèle de l’école polytechnique de Paris.

L’École Royale des sous-officiers

L’École Royale des sous-officiers à Bruxelles est une école supérieure qui forme les sous-officiers de la défense. Le sous-officier est le grade de l’armée belge située entre les officiers et les soldats. Grâce à cette formation, les diplômés peuvent diriger des équipes directement sur le terrain.

Les étudiants qui possèdent leur C.E.S.S peuvent opter pour une formation technique ou une formation non technique.

La formation technique cible les élèves qui sont intéressés par la technologie et qui souhaitent devenir sous-officiers techniciens à la Défense.

Les sous-officiers formés sont spécialisés dans des domaines aussi variés que la mécanique et l’électronique des avions, l’armement des avions et les systèmes de communication électronique.

La formation non technique à l’école royale des sous-officiers forme du personnel apte à occuper des fonctions de support au sein de l’une des quatre composantes des forces armées belges.

L’école de police

Le CESS est nécessaire pour entrer à la police
Pour entrer à la police munis de votre C.E.S.S, vous devrez réussir la présélection

Avant d’entrer à l’école de police, les candidats doivent satisfaire à l’épreuve de sélection afin de pouvoir suivre la formation de base.

Cette épreuve de sélection est accessible aux candidats possédants :

  • Le certificat d’enseignement secondaire supérieur (C.E.S.S) ou un baccalauréat pour les candidats qui veulent devenir inspecteurs principaux spécialisés ;
  • Un certificat de bonne vie et mœurs.

Ensuite, avant d’intégrer l’école de police il faut encore passer par un processus de sélection nécessitant la réussite d’une série d’épreuves obligatoires.

Ces épreuves sont organisées par le service de recrutement et de sélection de la police fédérale et comprennent :

  • Des tests d’aptitude physique et cognitive ;
  • Des épreuves de personnalité ;
  • Une épreuve d’aptitude médicale ;
  • Un entretien devant une commission de sélection.

Chaque épreuve est éliminatoire et il faut réussir l’ensemble de celles-ci pour pouvoir intégrer l’école.

Il existe en Belgique de nombreuses possibilités d’études pour les diplômés en possession de leur C.E.S.S et le choix est vaste.

Finalement peu importe vers où vous vous dirigez après l’obtention de votre certificat d’enseignement secondaire supérieur. L’important, c’est la motivation que vous mettrez à suivre vos études. Et si vous rencontrez l’une ou l’autre difficulté dans vos apprentissages, vous pouvez faire appel à un professeur particulier et à Superprof pour un petit coup de pouce.

Besoin d'un professeur de Soutien scolaire ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Rédacteur Web SEO, je suis passionné par l’écriture, l’informatique, l’histoire des sciences et l’histoire en général. J’aime composer sur tous les sujets. Il n’y a rien de mieux pour apprendre de nouvelles choses et combler ma soif de savoir.