« Les bandes dessinées sont des histoires ; ils sont comme des romans ou n'importe quoi d'autre. Donc, la première chose à faire est de devenir un bon conteur. », Stan Lee, auteur de bandes dessinées (1922-2018).

La Wallonie est une petite région située au sud de la Belgique. Elle est une terre d’accueil reconnue pour la gentillesse et la sympathie de ses habitants. La nature y est présente puisqu’elle est la région la plus boisée de Belgique.

La bande dessinée constitue l’une des richesses du paysage wallon. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, la bande dessinée wallonne a été fortement influencée par la prédominance de deux publications destinées aux jeunes, le journal de Tintin et le journal de Spirou. Tout cela donna naissance à ce que l’on a appelé la bande dessinée franco-belge constituée de deux écoles, l’école de Bruxelles et l’école de Marcinelle.

On retrouve d’ailleurs de nombreuses références à la Wallonie dans les bandes dessinées de Peyo ou encore dans les albums de François Walthéry, l’auteur de la série Natacha.

Superprof vous propose d’en apprendre davantage sur la culture du dessin et de la bande dessinée en Wallonie.

Les meilleurs professeurs de Dessin disponibles
Mestan
5
5 (17 avis)
Mestan
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julia
4,9
4,9 (13 avis)
Julia
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Laure
4,8
4,8 (12 avis)
Laure
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Tess
4,9
4,9 (13 avis)
Tess
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Camille
5
5 (9 avis)
Camille
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Eric
5
5 (22 avis)
Eric
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sade
5
5 (10 avis)
Sade
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jim
5
5 (14 avis)
Jim
4€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Mestan
5
5 (17 avis)
Mestan
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julia
4,9
4,9 (13 avis)
Julia
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Laure
4,8
4,8 (12 avis)
Laure
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Tess
4,9
4,9 (13 avis)
Tess
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Camille
5
5 (9 avis)
Camille
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Eric
5
5 (22 avis)
Eric
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Sade
5
5 (10 avis)
Sade
20€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jim
5
5 (14 avis)
Jim
4€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

L’histoire de la bande dessinée en Wallonie

Centre belge de la BD
Le centre belge de la bande dessinée à Bruxelles

En Belgique, la bande dessinée est une institution au même titre que les frites, le chocolat ou encore la bière. Des héros comme Tintin dessiné par Hergé sont nés en Wallonie. Et même Lucky Luke, avec son cheval Jolly Jumper et son chien Rantanplan ont été créé et mis en scène par un dessinateur wallon.

À Bruxelles, un musée est entièrement consacré au neuvième art. Il s’agit du centre belge de la bande dessinée qui a été créé en 1989. Il est situé à proximité d’une place dont Victor Hugo disait qu’elle était la plus belle du monde, la Grand-Place de Bruxelles.

Le terme bande dessinée est un mot composé utilisé en France et dans la partie francophone de la Belgique. Certains n’hésitent pas à considérer la bande dessinée comme une forme de littérature constituée d’une séquence d’images mêlées à un ensemble de textes pour former une histoire.

Pour la petite histoire, les Américains parlent de comics, les Japonais de mangas et les Italiens de fumetti.

Partons pour un voyage à travers l’histoire du dessin en Wallonie :

  • Pendant longtemps, les historiens de la bande dessinée ont considéré que la première BD était apparue en 1896 aux États-Unis avec la publication de The Yellow Kid. De nos jours, ils sont de plus en plus nombreux à considérer que la première bande dessinée a été publiée en Suisse en 1833 par un écrivain pédagogue dénommé Rodolphe Töpffer. Il propose en effet à cette époque un récit composé de dessins et de textes intitulés L’histoire de Monsieur Jabot ;
  • Les dessins de Rodolphe Töpffer sont publiés aux États-Unis et connaissent un véritable succès. À partir des années 1890, avec le développement de la presse et des journaux, W.R. Hearst fait l’acquisition du New York Morning Journal. Pour augmenter les ventes de son journal, il s’entoure des meilleurs illustrateurs et dessinateurs de l’époque afin de réaliser des suppléments appelés funnies. Ces publications colorées attirent de plus en plus de lecteurs ;
  • Dans les années trente en Wallonie, la bande dessinée se développe surtout grâce à des journaux destinés à la jeunesse comme Le Petit Vingtième. C’est dans celui-ci que le 10 janvier 1929, le journaliste Tintin fait son entrée sur la scène bédéiste belge ;
  • C’est d’ailleurs le dessinateur de Tintin, Hergé qui est à l’origine du développement d’un style de bandes dessinées appelées la ligne claire ou l’école de Bruxelles. La principale caractéristique de la ligne claire est l’utilisation d’un trait noir pour contourner tous les objets et tous les personnages de la bande dessinée. De plus, des couleurs en aplats sans ombre et sans lumière sont utilisées ;
  • À Charleroi, l’école de Marcinelle se développe également grâce à des dessinateurs comme Joseph Gillain. Les dessins ressemblent plus à des caricatures, les personnages sont affublés d’un gros nez. À l’époque, les dessinateurs qui adhèrent aux idées de l’école de Marcinelle publient dans le journal de Spirou alors que les dessinateurs qui suivent la ligne claire publient leurs œuvres dans le journal de Tintin.

Les meilleurs ouvrages wallons de bandes dessinées

Le marsupilami sur la façade d'une habitation
Le Marsupilami créé par Franquin

À n’en pas douter, la Wallonie peut être considérée comme le creuset qui a donné naissance à toute une pléthore de dessinateurs de bandes dessinées. Il est vrai que la BD wallonne constitue un art à part entière, fabuleusement mis en avant par les artistes comme Franquin et Hergé.

Si l’on estime aujourd’hui que l’âge d’or de la bande dessinée belge est révolu, il n’en reste pas moins de nombreux jeunes auteurs de bandes dessinées pleins de talent, formé pour la plupart dans les écoles supérieures de bandes dessinées que compte le pays comme l’institut Saint-Luc de Liège ou de Bruxelles.

Découvrant quelques-unes des meilleures bandes dessinées wallonnes :

  • Parmi les dessinateurs de bandes dessinées qui ont suivi les traces de Hergé et de la ligne claire, il y a Edgar P Jacobs qui publia en 1946 le premier ouvrage des aventures de Blake et Mortimer. La bande dessinée Chlorophylle dessinée en 1954 par Raymond Macherot fait également partie de ces excellents ouvrages ;
  • Quant à l’école de Marcinelle, elle est à l’origine d’un grand nombre d’ouvrages de bandes dessinées et de personnages souvent très caricaturaux. Gaston Lagaffe dessiné par André Franquin en 1957 représente l’exemple type de ce style BD. D’autres personnages comme Modeste et Pompon ou encore Lucky Luke viennent enrichir la BD wallonne ;
  • Les années 1950 et 1960 voient arriver des héros de la bande dessinée comme Boule et Bill, Johan et Pirlouit, les Schtroumpfs et Natacha.

Les grands auteurs wallons de BD

Les Schtroumpfs de Peyo
Les Schtroumpfs sont apparus pour la première fois dans les aventures de Johan et Pirlouit

Savez-vous que la Wallonie, petite région de Belgique coincée entre la Flandre, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Grand-Duché du Luxembourg et la France, est la région du monde qui compte le plus de dessinateurs de bandes dessinées au kilomètre carré ?

Il faut dire que la culture du dessin et de la bande dessinée en Wallonie est due à l’influence certaine de Hergé, mais aussi à celle de maisons d’édition destinée à la jeunesse comme Dupuis, Casterman et les éditions du Lombard.

Partons à la découverte de quelques-uns des plus grands auteurs wallons de bandes dessinées :

  • Louis Salvérius né en 1933 dans le Hainaut a travaillé de nombreuses années pour les éditions Dupuis à Charleroi. Il a publié de nombreuses séries dans le journal de Spirou. En 1969, il reprend les dessins des Tuniques Bleues;
  • Morris, né en 1923 est le père de Lucky Luke, des Daltons et du chien Rantanplan ;
  • Le papa des Schtroumpfs, Pierre Culliford, dit Peyo est né à Bruxelles en 1928. Ces petits êtres bleus qui arborent un chapeau blanc font leur entrée pour la première fois sur la scène de la BD wallonne dans l’histoire de Johan et Pirlouit intitulée La flûte à Six trous. Un peu plus tard, Peyo leur consacrera tout son temps avec la publication de nombreux albums ;
  • André Franquin, né en 1924 à Etterbeek est l’auteur de bandes dessinées wallonnes qui est à l’origine de l’école Marcinelle. Il devient célèbre en 1957 en créant le personnage de Gaston Lagaffe ;
  • C’est dans la commune de Visé à proximité de Liège que François Walthéry est né. Précoce en dessin, il est engagé à l’âge de dix-sept ans dans le studio de Peyo. Il publie Natacha pour la première fois en 1970 dans le journal de Spirou ;
  • Roger Leloup est né en 1933 en région liégeoise et il se passionne pour l’aviation, les trains et tout ce qui concerne la technologie. Il est engagé en 1953 par Hergé dans son studio de Bruxelles où il travaille sur de nombreux dessins techniques. Il publie les premiers extraits de son héroïne asiatique Yoko Tsuno en 1968.

Retrouvez des cours de dessin ici.

L’âge d’or de la bande dessinée chez les Wallons

Les aventures de Tintin par Hergé
Une fresque avec Tintin orne une station de métro à Bruxelles

Si la bande dessinée s’est bien développée en Wallonie dès les débuts de son apparition, il existe une période où elle fut vraiment très florissante. Connue comme étant l’âge d’or de la bande dessinée, elle débuta juste la fin de la Seconde Guerre mondiale pour se poursuivre jusque vers la fin des années soixante.

Cette période fut artistiquement très riche et les auteurs de B.D. nombreux. La plupart se sont formés seuls, car il n’existait pas à l’époque en Wallonie d’école de bandes dessinées.

Approfondissons cette découverte des années d’or de la BD en Wallonie:

  • Cette période d’intense production en bandes dessinées est liée à ce que l’on appelle la bande dessinée franco-belge. En effet, à cette période, de nombreux dessinateurs français sont venus s’installer en Wallonie pour intégrer l’école de Bruxelles ou l’école de Marcinelle. Les bandes dessinées de cette période étaient exclusivement destinées aux jeunes et étaient très colorées. Les albums cartonnés et composés d’une quarantaine de pages ;
  • L’école de Marcinelle s’est développée juste après la seconde guerre mondiale grâce à l’influence de Joseph Gillain. Il est notamment l’auteur des aventures de Jean Valhardi. Travailleur acharné au journal de Spirou, il s’entoure à partir de 1946 d’auteur comme André Franquin et Morris ;
  • L’école de Bruxelles s’est également développée à la même époque grâce à l’influence du père de Tintin, Hergé. Les grandes caractéristiques de ce que l’on appelle également la ligne claire sont le contour des dessins réalisés en traits noirs ainsi que des couleurs en aplats sans aucun effet d’ombre et de lumière.
>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

1er cours offert

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

5,00 (1 note(s))
Loading...

Rédacteur Web SEO, je suis passionné par l’écriture, l’informatique, l’histoire des sciences et l’histoire en général. J’aime composer sur tous les sujets. Il n’y a rien de mieux pour apprendre de nouvelles choses et combler ma soif de savoir.