Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les sacs de frappe pour commencer la boxe

De Yann, publié le 17/03/2018 Blog > Sport > Boxe > Comment Apprendre à Boxer avec un Sac ?

« La boxe ne ment jamais, monter sur un ring est un moyen très fiable de savoir ce que l’on vaut : soit l’on terrasse, soit l’on est terrassé, mais on ne peut pas se mentir, ni à soi-même, ni aux autres. »

Joël Dicker, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, 2012.

Alors, pour être prêt le jour J et ne pas être « terrassé » par KO à la tête en quelques minutes, mieux vaut se préparer un tant soit peu sérieusement…

L’apprentissage de la boxe anglaise est long et laborieux, et il exige un entraînement assidu venant faire fructifier des dons innés inégalement répartis selon les sportifs.

Outre l’entretien d’une bonne condition physique par du footing et du cardio, et un peu de muscu associée à un régime alimentaire sain, le boxing repose sur divers exercices, à faire seul, en binôme ou à plusieurs.

Si le shadow boxing enseigne la finesse et permet d’emmagasiner des gestes précis comme autant de réflexes, c’est une pratique quelque peu déroutante et lassante : en effet, rien ne vaut de frapper fort contre un bon sac de frappe !

Les vertus physiques de ce défoulement sportif sont telles que les sacs de frappe ne sont pas réservés aux seuls boxeurs : beaucoup d’hommes, et même de femmes, en ont un pour déstresser après une rude journée ou semaine de travail.

Voyons donc comment s’initier à la boxe anglaise avec ce partenaire particulier qui ne rechigne pas à prendre des coups…

Sur quel support s’entraîner à boxer ?

Si vous vous intéressez tout juste à la boxe, notre question vous semblera anodine. C’est sûr qu’on ne va pas se fracasser les poings, même avec des gants de boxe, contre un mur !

Pourtant, la réalité est plus diverse qu’on pourrait le croire : on peut apprendre à décocher uppercuts et crochets sur différents supports, pouvant servir à tout un panel d’exercices divers et variés.

Ceux-ci sont au nombre de trois : le sac de frappe, le punching ball et la poire de vitesse.

Dans tous les cas, il convient de s’échauffer et d’enfiler des gants avant de se lancer.

Du matériel de musculation (comme un appareil de musculation) vous sera utile, surtout avec des coudières et des genouillères pour un bon coup de pied. Club de boxe | Trouvez votre sac de sable dans un boxing shop pour un bon entraînement sac de frappe ! | source : visualhunt.com

De même, les jambes sont à chaque fois sollicitées : il faut se mouvoir autour du sac, au moins en hémicycle, histoire de travailler sa garde, son maintien et son jeu de jambes.

Une attention particulière doit être portée au souffle : bien géré, il vous permettra de continuer longuement votre exercice, pour progresser plus vite.

L’avantage de ces procédés est qu’ils sont à la portée de tout un chacun, pour des frais somme toute modiques. C’est votre logis qui pourra ainsi se transformer en salle de boxe !

Ils ne concernent pas que le « noble art », mais aussi la boxe thaïlandaise, la savate, la boxe américaine, le full-contact, le taekwondo, d’autres arts martiaux ainsi que le kickboxing.

Nota : si vous avez du mal à choisir entre l’un ou l’autre de ces outils d’entraînement de boxe, sachez qu’ils sont tous indispensables au boxeur amateur souhaitant se perfectionner.

De plus, il existe des plates-formes 2 en 1, voire 3 en 1, mais c’est beaucoup plus rare, parfois avec gants de boxe professionnels ultra-résistants en prime (quand il n’y a pas aussi une corde à sauter – ça dépanne toujours !).

Tout savoir sur le sac de frappe proprement dit

Sans conteste, c’est THE accessoire emblématique du parfait boxeur en passe de devenir, un jour, champion du monde de boxe – pourquoi ne pas rêver un peu ? C’est le punching bag.

Il s’agit d’un sac plutôt massif, fermement suspendu par le haut (via des chaînes ou des sangles solides), à l’allure de gros cylindre revêtu de cuir ou similicuir/vinyle (cuir synthétique). Sa taille (longueur ou hauteur) est variable : elle doit être choisie en fonction de vos propres mensurations.

Le rembourrage est fait avec des éléments lourds et denses : sable, graines, gravier… L’usage de gants de boxe est donc indispensable et, même avec, on peut facilement se faire mal et se luxer le poignet en l’absence d’échauffement.

La sac de frappe est imparable pour raffermir les articulations de ses mains et bras en musclant les muscles de ces membres et en gagnant en puissance.

Un autre effet de ce type de boxing est de mettre à contribution son endurance, car les premières fois on se fatigue vite à cogner sur quelque chose d’aussi solide.

L'équipement de boxe se compose de protège-dents, de protège-tibias, de short boxe, de gants de sac, de kimono, de plastron, de sous-gants, de survêtement et d'haltères. Boxe thaï | Pour tous les sports de combat, entraînement de boxe y compris, le mannequin de frappe est d’usage ! | source : tinker.af.mil

Normalement, il ne faut pas mettre tout son poids dans ses gestes, sans quoi on se blesserait. Mais trouver un juste milieu n’est pas toujours évident…

Avant d’envoyer des droites dessus, échauffez-vous dans le vide !

Côté porte-monnaie, comptez de 30 à 170€ selon la taille, la qualité et le mode de fixation de l’ensemble. À partir de 50€, vous aurez tout de même quelque chose de sérieux.

Certains sacs de frappe cylindriques imitent le système du punching ball : ils sont tenus par le bas, moyennant une tige, et sont généralement rembourrés avec une matière plus légère. Ils sont généralement commercialisés à l’attention du sexe féminin, les couleurs pouvant dans tous les cas être extrêmement variables.

Avec un surcoût non négligeable, il existe des « sacs de frappe-mannequins », histoire de s’y croire vraiment… Mais autant coller directement sur votre sac « classique » le portrait de votre ennemi personnel, de votre prochain adversaire ou de votre homme politique préféré : ça ira plus vite !

Boxing et punching ball

Dans le langage courant, on a tendance à parler à tout bout de champ de « punching ball » en se faisant une idée fausse de cet accessoire.

En employant cette expression, la plupart du temps le Français lambda pense à un sac de frappe comme on en voit souvent dans les magasins et chez nos amis.

Comment apprendre à frapper avant de boxer ? Pourtant, le punching ball est un tout autre objet, beaucoup plus rare en France.

La traduction de cette locution anglophone nous donnerait « ballon de frappe ».

Et, de fait, celui-ci se présente comme une balle montée à hauteur de buste ou d’homme sur un pied métallique réglable et pouvant bouger, sauf au niveau de sa solide et lourde base de maintien au niveau du sol.

De dimensions plus réduites, la cible est nettement plus légère et « vive » qu’un sac de frappe à proprement parler.

Ce ballon est généralement cousu avec du cuir, rempli d’un matériau souple, comme de la mousse synthétique ou du coton. En cas de déchirure, on peut toujours recoudre l’enveloppe.

En le frappant, le punching ball se balancera sur sa tige et reviendra vers vous : il simule alors une espèce de cible mouvante, vis-à-vis de laquelle vous devez trouver le bon timing.

C’est parfait pour éprouver ses techniques de frappe, sa dextérité, sa rapidité, sa précision de visée tout en mettant à contribution sa respiration (il ne faut pas bloquer son expiration au moment de donner un coup, mais bien expirer) et son cœur.

On en trouve des modèles intéressants à partir de 30€, mais mieux vaut tabler sur 50 à 80€ pour de la qualité.

Vous avez peut-être entendu des entraîneurs dire « frapper le sac, ne pas le pousser ».

Donner des coups signifie essayer de pousser votre main tout au long de la cible.

Un coup de poing rapide signifie laisser le poing revenir à vous après l’impact.

Il ne retombe pas parce que vous le retirez mais parce que vous laissez l’impact rebondir votre main vers vous.

Pour apprendre à boxer seul, les sacs de frappe sont l’idéal !

Travailler son jeu de jambes

Un boon jeu de jambes est nécessaire, mais malheureusement, de nombreux débutants développent un jeu de jambes terrible en raison de trop de temps sur le sac lourd.

Voici certaines choses que vous devriez considérer pour éviter de développer de mauvaises habitudes autours de votre jeu de jambes.

Permanent

Gardez les pieds sur terre et tenez-vous debout.

Ne vous penchez pas sur le sac ou ne l’étreignez pas ou n’essayez pas de le pousser comme si vous vous battiez à l’intérieur.

Épauler le sac (surtout pour les débutants) conduira à un mauvais équilibre plus tard dans l’anneau.  Les combattants débutants doivent absolument apprendre à maintenir leur équilibre afin d’attaquer et de défendre au besoin.

En marchant

Ne croisez pas vos jambes, mais essayez de visualiser votre jeu de jambes comme un sentiment de marche plutôt qu’un sentiment de saut.

L’erreur commune pour les débutants est de sauter partout.

Cette habitude conduit à une mauvaise conscience de la distance, à une énergie gaspillée et à une position moins ancrée qui limite la puissance de frappe et les mouvements du corps.

Du bon usage de la poire de vitesse

La poire de vitesse est en quelque sorte le décalque symétrique du punching ball : celle-ci ne repose plus au sol via un bras, mais au plafond – ou, du moins, par en haut, à l’aide d’une potence murale ou sur pied ! Dans certains cas, elle est maintenue par le haut et par le bas en même temps.

Le centre de la poire doit à peu près vous arriver au niveau de la bouche ou du menton.

Sa composition étant du même genre que le punching ball, il faut compter de 20 à 30€ pour la poire en elle-même, et davantage si l’on a besoin d’un système de fixation particulier ou complet.

En combat libre, du matériel de boxe est nécessaire, ainsi qu'une barre de traction et un casque de boxe. Préparation physique | Sur le coin du ring, dans un cours de boxe, acheter un sac vous rendra service | source : upload.wikimedia.org

Les Anglo-Saxons parlent de leur côté de « speed striker » ou de « striking bag ». Cette balle de frappe est éminemment souple.

Le principal objectif est de parfaitement coordonner son regard avec les mouvements de ses mains. Au début, vous ne saurez plus où donner de la tête et vous aurez le tournis !

C’est la rapidité de frappe qui est mise à l’honneur, davantage que la précision ou que la force brute. Vos réflexes n’en seront qu’accrus.

Vous allez travailler votre équilibre, mis à rude épreuve, et donc accroître votre stabilité et votre emprise au sol : c’est indispensable face à un challenger sur le ring de boxe, car la moindre déstabilisation ou faux pas rime en règle générale avec enchaînement violent et KD…

En vue du ring, les coups et gestes à assimiler

L’assimilation des principaux coups de poing du boxeur commence par une étude théorique (orale ou écrite), puis elle continue par du shadow boxing, que l’on pourrait également appeler « boxe de salon ».

Vient ensuite une confrontation plus réaliste et plus « dure » avec le sac de frappe : crochet, direct, uppercut et jab sont les principales bottes du champion de boxe.

Dans votre programme didactique, n’oubliez jamais que, si le défoulement soulage sur le moment, l’essentiel est de veiller à acquérir et garder une bonne technique, et non d’y aller comme un bourrin.

On l’oublie souvent, mais c’est aussi une forme de musculation douce, tandis que c’est un exercice aux véritables vertus cardiovasculaires.

Vous apprendrez ainsi à être prêt pour votre prochain combat.

Enfin, pour les adeptes de performances, il est possible d’utiliser un accéléromètre ou un capteur de force pour mesurer la puissance de ses coups, un peu comme dans les fêtes foraines…

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar