Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment devenir professeur de maths ?

De Yann, publié le 24/10/2018 Blog > Soutien scolaire > Maths > La Marche à Suivre pour Donner des Cours de Maths

« Les mathématiques peuvent être définies comme une science dans laquelle on ne sait jamais de quoi on parle, ni si ce qu’on dit est vrai. » Bertrand Russell (1872-1970)

Donner des cours de maths est accessible à toute personne ayant plus de 16 ans mais généralement, c’est un étudiant spécialisé dans cette matière ou un professeur certifié voire un professeur agrégé qui proposent leurs services.

Si les horaires sont flexibles et la rémunération assez intéressante, donner des cours de maths peut être une expérience très enrichissante sur le travail et sur l’approche que l’on a des mathématiques mais également sur un plan humain.

En décembre 2016, le rapport de l’enquête PISA 2015 était dévoilé : il mettait en lumière le fait qu’en France, 13 % des élèves éprouvaient des difficultés en maths et 12 % d’entre eux avaient un mauvais niveau en sciences.

Voici comment donner des cours de maths, pour faire progresser ses élèves en formation individualisée ou en cours collectifs.

Comment enseigner les mathématiques ?

Habituellement, quand on veut donner des cours de maths seconde (ou autre classe) on pense au concours du Capes, à ceux qui exercent au niveau collège lycée mais ces dernières années, le statut de professeur indépendant est à la mode.

Leçons de mathématiques : choisir son apprenant et limiter les frais de déplacement ! Une heure de train pour aller chez un élève ? Mieux vaut donner des cours de maths dans le quartier…

Logiquement, il est fondamental d’avoir un niveau supérieur à celui d’un apprenant en maths, auquel cas l’enseignant n’est pas dans son rôle.

On dénombre plusieurs types de cours, chaque cours ayant des exigences et des contraintes différentes.

Les 3 grandes options qui s’offrent au professeur particulier sont :

  • Le soutien scolaire : c’est une aide personnalisée et régulière qui est apporté à un élève qui rencontre des difficultés scolaires en maths,
  • L’aide aux devoirs : ici, il s’agit davantage de veiller à ce que les devoirs de l’élève soient faits et lui apporter du soutien si besoin,
  • Les cours à domicile : c’est une aide et un soutien régulier avec un suivi de l’élève qui est en difficulté.

Les cours particuliers sont proches de soutien scolaire, mais se distinguent néanmoins par le contenu : ici, les cours apportent un complément de savoir à l’élève qui n’aura pas compris ou assimilé une notion vue en cours.

Lorsque l’on souhaite donner des cours de soutien, on peut s’adresser aux agences traditionnelles de soutien scolaire à domicile, type Acadomia, Completude ou Cours Legendre, qui essaiment dans toutes les villes de France.

Mais donner des cours particuliers, cela peut être un petit boulot, un job d’été, un emploi étudiant ou une activité à temps plein : idéal pour arrondir ses fins de mois quand on est précaire, on passe dès lors par un site d’annonces en ligne – Facebook, Le Bon Coin, etc. – et on devient son propre ambassadeur des cours de maths.

En tant que conseiller pédagogique, il incombe aussi de se poser les bonnes questions, outre celles relatives au statut !

Quel statut juridique choisir pour dispenser des cours (paiement par virement, chèque ou chèque emploi service (CESU), salarié ou sur factures sous une microentreprise) ?

Quels sont ses propres compétences pédagogiques en maths ?

En cela, se pose le niveau scolaire enseigné : peut-on enseigner dans les classes préparatoires ? A-t-on les compétences pour enseigner les mathématiques à un niveau universitaire ?

Ou au contraire, faut-il plutôt viser le niveau primaire ?

Peut-on donner des cours à domicile (le plus souvent en déplacement chez l’élève) : c’est-à-dire être salarié à domicile d’un parent d’élève, qui sera particulier employeur ?

Comment organiser les cours de maths terminale S pour faire progresser des élèves se préparant au baccalauréat scientifique ?

Enfin, quel tarif fixer pour trouver des clients-élèves et à la fois pour tirer un salaire décent et raisonnable de son activité ?

Les qualités pour donner des cours de maths

« Chaque fois que l’on enseigne prématurément à un enfant quelque chose qu’il aurait pu découvrir par lui-même, on lui empêche de l’inventer et donc de le comprendre complètement. » Jean Piaget.

Chaque élève que l’on aura dans son emploi du temps nécessitera de privilégier un paramètre fondamental : toujours le laisser trouver la réponse à un exercice au lieu de la lui susurrer.

L'accompagnement scolaire en mathématiques : comment enseigner ? Besoin d’un coup de pouce en maths ? Nos professeurs sont là pour vous aider !

Cela revient à dire qu’il faut apprendre par soi-même et que le prof particulier est un tuteur : l’élève doit pouvoir, à termes, s’en séparer.

Même si apparemment donner des cours de maths semble possible à tout étudiant ou à tout professeur digne de ce nom, certaines qualités feront la différence entre le bon prof de maths et le mauvais prof.

Être à l’écoute

Pour donner des cours de mathématiques de manière efficace et pertinente, il faut faire la différence avec un apprentissage classique en classe, c’est-à-dire apporter de l’attention à un élève en particulier.

Si un élève fait appel à un professeur, c’est parce que les cours en classe ne lui suffisent pas ou parce qu’il a besoin d’un petit coup de pouce pour assimiler telle notion.

La première qualité est donc l’empathie, le sens de l’écoute : il faut se mettre à la place de l’élève en cours de maths et chercher des solutions qui sont adaptées à ses difficultés et à son niveau.

Être patient

Bien souvent, il va falloir répéter encore et encore une leçon ou revoir un exercice pour que l’élève comprenne.

C’est au professeur particulier, en tant que professionnel averti et expérimenté, de trouver les bons mots et d’avoir la méthode adéquate pour effacer les blocages de l’élève devant l’exercice.

Cette démarche de compréhension et d’écoute requiert beaucoup de patience.

Être expert

Le professeur de maths doit être un expert dans sa matière : cela semble une lapalissade mais c’est une condition essentielle.

On n’oubliera jamais, en cours particuliers, la pépite que constitue cette citation de l’écrivain Muriel Barbery :

« Ceux qui savent faire font, ceux qui ne savent pas faire enseignent, ceux qui ne savent pas enseigner enseignent aux enseignants et ceux qui ne savent pas enseigner aux enseignants font de la politique. »

A tout moment, il faut donc chercher à contredire ce dicton, montrer que l’as des maths, c’est vous !

Donner des cours de maths à un élève, c’est pouvoir répondre à toutes ses questions, lui faire comprendre le cours et le guider à travers différents exercices.

Quelle légitimité aurait-on si l’on peine à analyser une fonction exponentielle devant un élève de terminale scientifique ou de terminale ES ?

Le professeur ne doit pas découvrir la matière en même temps que son apprenant…

Dans le même esprit, il est préférable que le professeur ait suivi des études supérieures en mathématiques ou dans les matières scientifiques où l’on sait jongler avec les chiffres (maths physique chimie, biologie évolutive, économie, gestion-comptabilité, etc.).

A la limite, un étudiant en histoire géographie pourrait avoir un niveau suffisant pour enseigner au niveau primaire. Un diplômé de sciences économiques et sociales pourra, lui, s’adresser à des collégiens ou des lycéens en classe de seconde.

Mais pour dispenser des cours en Première S et Terminale, il faudra un niveau plus poussé.

Être pédagogue

Bien sur, donner des cours de maths 3ème (et même toutes les classes) requiert un grand sens de la pédagogie.

Faire progresser un apprenant en mathématiques : quels exercices donner ? Wow ! Ma pédagogie fonctionne ! Mon élève a eu 18/20 au bac blanc de maths !

Un bon prof de maths doit savoir encadrer, comprendre, orienter l’élève dans un seul et unique but : le faire progresser en maths.

C’est en partie à la mesure des progrès de l’élève que l’on mesure les qualités d’un enseignant.

Comment expliquer l’arithmétique ou le théorème de Pythagore sans réfléchir préalablement à la pédagogie et à la méthodologie employées pour y parvenir ?

La pédagogie s’apprend aussi avec l’expérience, en rencontrant différents profils d’élèves mais elle repose sur une notion primordiale : l’adaptation.

L’enseignement implique d’apprendre à adapter ses cours et sa méthode à chaque profil. Il faut être en mesure d’apprendre les maths à la maison avec des élèves en difficultés.

Il faudra, enfin, dans un souci de meilleure compréhension, savoir résumer et simplifier des explications en créant des schémas explicatifs ou en prenant des exemples concrets de la vie courante.

Être respectueux

Donner des cours de maths, c’est être respectueux, de soi-même tout comme de l’élève.

Être toujours à l’heure aux cours à domicile et prévenir à l’avance si l’on a un empêchement.

Toutes ces petites attentions servent à forger une relation de confiance entre le professeur de mathématiques et l’élève (et aussi avec ses parents).

Il faut aussi assurer une certaine régularité dans les cours : que les cours soient hebdomadaires ou qu’il s’agisse de n’en dispenser que deux fois par mois, il est important d’assurer un suivi régulier à l’élève, cela pour connaître ses progrès et la compréhension des notions vues ou revues ensemble.

Pour du court ou du moyen terme, il faut se mettre d’accord avec l’élève et sa famille pour évaluer le nombre de séances nécessaires.

Bien préparer ses cours pour enseigner les maths

Donner des cours de maths ne s’improvise pas, et requiert de l’organisation et de la discipline. Cela implique également d’être bien préparé à ses cours, afin d’arriver sereinement devant l’élève.

La préparation des cours

Chaque cours doit être préparé à l’avance alors ne pas hésiter à se faire relire, à insister sur les notions-clés que l’élève a besoin de savoir, lui préparer des fiches explicatives, préparer des exercices à refaire ensemble.

Préparer de bonnes ressources pédagogiques pour un apprenant. L’entraînement, une clé de compréhension des mathématiques.

Il ne faut pas découvrir un thème des programmes scolaires le jour du cours. Si l’improvisation peut être salvatrice parfois – quand on n’a pas prévu suffisamment de supports pédagogiques pour le cours ou lorsque l’élève va plus vite qu’escompté, il arrive d’improviser -, celle-ci peut néanmoins décrédibiliser le prof.

En effet, bafouiller ou tâtonner se verra. L’élève ne doit pas sentir que l’on se demande où aller et que faire pour combler le reste du temps imparti.

Pour bien préparer ses cours et recueillir des ressources pédagogiques fécondes, le site Tetraedre pourrait être bien utile aux profs de maths.

On pourra également se référer aux ressources gratuites des sites Eduscol – outils du ministère de l’Education Nationale – et aux cours gratuits à distance de l’Académie en ligne du CNED.

A la fin de chaque cours de maths, demander à l’élève ce qu’il a bien compris et les points sur lesquels il aimerait aborder une nouvelle fois.

Si l’élève prépare un examen, on pourra lui soumettre des exercices provenant des annales du bac et le faire s’entraîner pour le mettre dans les meilleures conditions possibles le jour J.

C’est personnellement ce que je pratiquais avec mes élèves en cours à domicile de SES (sciences économiques et sociales) au niveau terminale : un sujet du bac est un support assez complet qui fait réviser beaucoup de choses (méthodologie, connaissances, culture générale, niveau de langue française, analyse, capacité à gérer son temps, etc.).

Pourquoi ne pas lui faire passer des examens blancs ?

On pourra également consacrer quelques cours en travaillant sur des sujets de bac, du moins au niveau lycée, sans toutefois être en condition d’examen, mais en guidant son élève pour lui instiller des automatismes le jour de l’épreuve.

Quelle attitude avoir face à l’élève ?

L’important, rappelons-le, est de se mettre à la place de l’élève pour comprendre ce qu’il a assimilé et déterminer ses besoins et ses attentes.

Si les maths paraissent évidemment simples à un professeur de maths, un minimum d’empathie est donc nécessaire : on oublie trop souvent que l’on a été élève, avec parfois des difficultés impliquant un temps de travail supplémentaire.

On commencera par la base fondamentale de tous les cours particuliers à domicile : être propre, sympathique, souriant, et bien présenté (avoir un style vestimentaire correct).

C’est bête, mais même si l’on maîtrise parfaitement l’algèbre ou le logarithme népérien (par exemple), ce sera insupportable pour un élève d’apprendre si le prof empeste le salon ou la chambre d’une odeur fétide.

De temps en temps – au cours de l’année scolaire -, ne pas hésiter à lui faire une petite évaluation pour identifier ses points forts et ses faiblesses, ses lacunes et ses besoins.

On préconise aussi de faire de temps à autre, à l’issue d’un trimestre, un bilan pour observer sa progression.

Un professeur particulier en maths est une sorte de coach scolaire : on doit être engagé et investi dans la réussite de l’élève alors il est important de l’encourager, de le soutenir et d’agir en accompagnement scolaire.

Ne pas le réprimander pour ses échecs, ne jamais juger son élève car c’est contre-productif et ce n’est pas le rôle du prof, a fortiori.

Enfin, il est important que le professeur implique son élève à la matière en question : on n’est pas là pour diffuser un cours magistral dans un amphithéâtre de fac.

Puisque l’élève doit apprendre – et comprendre – les maths par lui-même, il apparaît donc primordial qu’il s’approprie les chiffres, raisonnements et les étapes de démonstration d’un problème de maths.

Ne pas hésiter donc, à illustrer les résultats ou à les encastrer dans des problèmes de la vie courante.

Cela permettra peut-être à l’élève d’éviter de dire lui aussi que les maths sont une science abstraite prisée des têtes grises en blouse blanche dans les laboratoires et les bibliothèques, mais inutilisée dans la vie réelle.

Se montrer positif et inciter son apprenant à faire mieux la fois prochaine seront la voie vers la réussite scolaire et permettront de sortir les élèves souffrant de difficultés scolaires d’un potentiel décrochage ou échec scolaire.

Comment trouver des élèves à ses cours de maths ?

Pour donner des cours de maths, il faut bien entendu avoir des élèves en face de soi.

Pour ce faire, il existe divers moyens pour trouver des élèves et pour publier ses annonces de cours particuliers.

Le recrutement des agences de soutien scolaire : l'entretien, une formalité parfois ! Offre de cours de maths, après le test. Bravo ! Vous êtes recruté !

Les sites de petites annonces

C’est une solution facile et pas chère, voire carrément gratuite, mais qui n’est pas toujours efficace devant l’abondance de l’offre en la matière.

En ce qui concerne l’enseignement des mathématiques, il y a pléthore de professeurs particuliers. L’offre est donc abondante, et peut exercer une pression des prix à la baisse.

Cependant, il y a aussi généralement une demande de cours très forte de la part des élèves. Et puis les cours de maths couvrent de nombreux niveaux d’enseignement – de l’école primaire à l’université et même à l’âge adulte, dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Il faudra donc évaluer selon sa zone géographique s’il y a un potentiel d’élèves conséquent ou non.

Le bouche-à-oreille

On  ne le dit pas assez souvent mais la solution se trouve parfois juste à côté de soi. Diffuser dans son environnement social proche sa fonction de prof. Aux amis, aux collègues, à leurs enfants, leur faire savoir que l’on recherche de nouveaux élèves,

En faisant un bon travail auprès d’un élève : on pourra être certain qu’il saura recommander les cours à domicile à d’autres élèves ou à des amis de sa famille,

Les organismes de soutien scolaire

Regroupés sous la forme de plateforme scolaire ou en agences, ces organismes sont des viviers potentiels d’élèves qui sont eux-mêmes en demande de cours particuliers dans d’autres matières.

L’avantage est que l’on n’a pas à chercher des élèves.

C’est une solution très simple mais le statut ne sera pas celui d’un simple professeur particulier puisque dans ce cas, on est salarié de l’organisme et non rémunéré par la famille.

Il faudra donc rendre des comptes à l’organisme (évaluation de l’élève, suivi des progrès, bilan des cours). En contrepartie, l’élève peut évaluer lui aussi son prof,

Les cours en ligne

Avec ou sans vidéo, le cours ne présente qu’une notion à la fois.

Avec la vidéo, il ne faut pas hésiter à sortir du contexte purement mathématique pour faire comprendre une notion.

L’avantage est que le professeur comme l’élève peuvent travailler à distance, soit à partir d’une vidéo postée sur un site spécialisé soit directement en ligne avec un logiciel comme Skype.

De cette manière, on peut donc capter des élèves éloignés géographiquement. De plus, le tutorat en ligne s’avère bien plus lucratif que le cours à domicile !

Se démarquer de la concurrence

C’est la base en marketing : surfer sur une vague existante, mais se démarquer des concurrents en proposant un segment inexistant ou encore inexploré, cela permet de capter un clientèle potentiellement plus importante.

Par exemple, en sus de proposer des cours aux élèves, on peut aussi conférer une remise à niveau pour adultes, proposer des formations en maths pour opérer une reconversion professionnelle, etc.

Être professeur de maths : quel salaire, quels tarifs ?

Enseigner les maths : un moyen de voyager ? Combien de cours dois-je donner pour me payer un voyage au Mexique ?

Pour ce qui est de la rémunération des profs de maths, il faut savoir que le tarif d’un cours particulier en maths varie en fonction de plusieurs critères :

  • L’expérience,
  • Le niveau d’étude du professeur,
  • Le niveau scolaire de l’élève,
  • La matière enseignée,
  • La ville de résidence et les éventuels frais de déplacement, etc.

En enseignant par le truchement d’un organisme privé, le tarif horaire est généralement fixé par celui-ci, autour d’un prix relatif de marché.

En France, le tarif horaire moyen des cours à domicile sur le régime déclaratif, est de 35 €. 

L’avantage de l’organisme privé ou organisme de soutien scolaire est que le professeur ne perçoit que la part nette du prix cependant que l’agence facture aux parents les cotisations sociales.

Le prof n’a donc pas à se préoccuper du barème fixé par l’autorité publique, et n’a pas à les payer auprès de l’Urssaf.

En effet, le paiement des cotisations sociales se trouve compris dans le tarif fixé par l’organisme, il n’y a donc aucune démarche administrative à effectuer en lien avec son activité et l’on bénéficie en plus d’une couverture sociale (assurance maladie, chômage et vieillesse).

C’est pourquoi les tarifs des organismes privés sont souvent plus chers.

Alors qu’un cours particulier de maths traditionnel oscille entre 15 € et 25 €, il peut s’élever à 30 € voire 35 € dans un organisme privé, même si le professeur ne percevra que 10 € à 15 € en salaire net.

C’est une solution avantageuse pour les deux parties : le prof, en tant que professionnel, est couvert et bénéficie de l’expérience de professionnels qui ont un réseau d’élèves et de parents d’élèves.

Les familles, elles, sont dispensées de formalités légales de déclaration d’embauche. La famille peut parfois bénéficier d’un avantage fiscal allant jusqu’à 50 % des frais mobilisés.

Dans le cadre du chèque emploi service universel, les avantages sont nombreux.

Pour le salarié, être déclaré au moyen du Cesu permet :

  • D’être bien déclaré : c’est le Cncesu qui calcule les cotisations sociales et patronales et qui délivre directement l’attestation d’emploi téléchargeable en ligne,
  • De bénéficier de la même couverture sociale que tous les autres salariés (maladie, accidents du travail, chômage, retraite…),
  • D’obtenir la sécurité d’un contrat de travail, du respect d’un salaire minimum déterminé en fonction de la qualification et de l’ancienneté, et le respect des procédures en cas de rupture du contrat de travail.

Enfin, il faut savoir que l’organisme privé surveille scrupuleusement les inscriptions des professeurs : certaines agences recrutent leurs profs sur tests, épreuves et entretiens pour s’assurer de la compétence du professeur.

Ainsi est-donc fixé le prix d’un cours de maths.

Enseigner les maths en cours collectifs ?

Outre le cours individuel à domicile, on a également des enseignants qui donnent des cours en classe, du primaire à l’université.

Ces échelons concernent de nombreux niveaux et cycles d’enseignement et plusieurs passerelles permettent d’y accéder.

La mobilité, avantages et inconvénients pour les profs de maths. Originaire de Sète (34), difficile de quitter les flots bleus et le Languedoc pour le climat parisien…

Le concours CRPE

Il y a, au plus petit niveau scolaire, la possibilité de se présenter au concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE). Concours régional, il permet de trouver un poste dans une école primaire, pour enseigner de la maternelle au CM2.

Pour les épreuves d’admissibilité, le candidat devra réussir les écrits de maths et aussi de langue française. Mais il faudra aussi exceller aux épreuves orales d’admission, dans d’autres matières plus générales de l’école primaire :

  • Sciences et technologie,
  • Histoire géographie,
  • Histoire des arts,
  • Arts visuels,
  • Education musicale,
  • Enseignement moral et civique.

L’inconvénient est que le professeur titulaire, après son année de stage dans son académie de rattachement, aura affaire à des élèves en bas-âge, auxquels il faut aussi enseigner le français et l’histoire-géographie.

Une fois titulaire, l’enseignant est également affecté dans une autre académie où des postes sont vacants : on ne choisit donc pas réellement sa zone géographique de travail.

Or c’est difficile d’être muté à Versailles ou à Créteil (c’est souvent le cas en début de profession) et/ou dans des quartiers désœuvrés ou défavorisés lorsque l’on habite dans le sud de la France, et/ou en campagne ou que l’on redoute les élèves difficiles.

Les concours de l’Agrégation, du Capes, Capeps, Capet, CAPLP

Ces sigles sont ceux des concours de recrutement des enseignants du second degré, dans l’enseignement public et privé, général ou technologique et professionnel.

L’admission ouvre à des postes en collège et lycée – bien que les filières du bac seront supprimées à l’horizon 2020 – et pose le même souci d’affection que pour le CRPE : on ne choisit pas son académie d’affectation.

L’agrégation, elle, permet d‘enseigner à l’université en tant que PRAG – professeur agrégé – au grade de Master.

Les professeurs titulaires sont parfois affectés en tant que titulaires sur zone de remplacement (TZR), décriée comme « l’armée de réserve » de l’Education Nationale, où les enseignants remplacent ceux qui partent pour congés maladie.

En maths, cela fait moins de préparation de cours, moins d’engagement mais hélas plus de précarité dans la profession.

Enseigner sans concours

De plus en plus – et on peut le déplorer -, l’enseignement privé investit le champ de l’enseignement public : on peut faire des remplacements de titulaires sitôt que l’on a validé un master 2 (diplôme de niveau IV).

Cela s’appelle l’enseignement contractuel, non recruté sur échelon statutaire, mais en contrat de droit privé. 

Pour être prof de maths contractuel, il faut solliciter le rectorat de son académie et s’inscrire sur SIATEN, le portail d’attribution des postes de l’Education Nationale.

C’est peut-être moins stable que le contrat d’un enseignant certifié, mais cela permet toujours d’exercer le métier de professeur de maths sans concours, et en choisissant sa zone de travail !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar