Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelle formation pour les futurs profs de langue espagnole ?

De Yann, publié le 28/09/2018 Blog > Langues > Espagnol > Enseigner l’Espagnol : Quel Parcours Scolaire pour Devenir Professeur ?

« Un Basque n’est ni Français, ni Espagnol : il est basque et c’est tout. » Victor Hugo (1802-1885).

Pour exercer le métier d’enseignant d’espagnol, il est indispensable d’attester d’un niveau d’études espagnoles élevé (bac +3 grand minimum) : que l’on soit natif bilingue d’un pays hispanophone ou diplômé de langue espagnole, il faut montrer patte blanche !

Jusqu’à présent, en France, cinq années d’études étaient nécessaires pour obtenir le CAPES et devenir professeur certifié ou agrégé d’espagnol.

En France, à la rentrée scolaire de 2018, le ministère de l’Éducation Nationale comptait dans ses rangs 881 400 professeurs des écoles et enseignants du second degré, pour 3 342 350 collégiens et 2 287 400 lycéens.

Quel parcours scolaire suivre pour atteindre son objectif et devenir professeur d’espagnol ?

Formations, diplômes, voyages… Voici les grandes étapes qui permettront de concrétiser son projet professionnel, devenir prof de langue espagnole.

Espagnol LV1 ou LV2 : début d’une passion ?

LV1 en primaire ou LV2 au collège : à quel moment de sa scolarité débuter l’apprentissage de l’espagnol ?

Si certains élèves apprennent la langue espagnole avant l’anglais, la langue de Shakespeare reste la plus répandue avant le collège !

L’espagnol en LV1 à l’école primaire

Avec la réforme de l’Education Nationale, les cours de langues vivantes sont désormais dispensés dès le CP et non plus à partir du CE1. L’objectif est de favoriser l’assimilation de deux langues vivantes.

Aimer les langues vivantes permet une bonne insertion professionnelle ! L’initiation de l’espagnol au collège : naissance d’une vocation !

A la rentrée 2016, 9 élèves sur 10 apprennent l’anglais en LV1. Il est également possible de choisir une école qui propose l’apprentissage de l’espagnol. En 2016, 1.2 % des élèves ont la langue officielle de l’Espagne comme LV1.

Le nombre d’écoles proposant des langues nouvelles est d’ailleurs en augmentation !

Depuis la rentrée 2016, 1200 écoles proposent l’enseignement de l’espagnol, mais aussi l’allemand, l’italien, l’arabe ou encore le chinois à partir du CP. Parmi elles, 80 écoles ont choisi l’espagnol. Une tendance nouvelle qui se développe.

L’espagnol en LV2 au collège

Si l’espagnol n’est pas toujours accessible à l’école primaire, au collège, un élève sur deux apprend l’anglais et l’espagnol.

C’est en effet au collège que l’apprentissage des langues fait irruption dans l’emploi du temps des élèves.

Depuis la rentrée 2016, l’initiation à la LV2 (langue vivante seconde) commence dès la 5ème et non plus en 4ème, comme cela prévalait avant l’entrée en vigueur de la très décriée Réforme du Collège.

Cela ressemble à l’accès à l’enseignement du latin, qui commençait quant à lui déjà en classe de 5ème.

Le pouvoir exécutif a voulu alléger les enseignements reçus par les élèves en ne leur faisant plus passer que 2 heures 30 au lieu de 3 heures hebdomadaires, mais en ouvrant l’accès au cours en 5ème.

Certains y voient un avantage pour les adolescents, d’autres y voient une relégation des langues vivantes au rang des langues mortes (latin et grec), d’autres encore voient un stratagème caché pour supprimer des postes de fonctionnaires…

Toujours est-il que les élèves qui ont débuté une LV1 (première langue vivante) autre que l’anglais à l’école primaire, doivent obligatoirement choisir l’anglais en LV2.

Ils commenceront alors à l’étudier dès la 6ème, et non en 5ème comme pour les autres LV2.

A la fin du cycle 4 du collège (en classe de troisième), l’objectif fixé aux élèves est d’atteindre le niveau A2 (élémentaire) dans une des langues étudiées, que ce soit sa LV1 ou sa LV2.

Réussir les langues vivantes au cycle 4 et les choix d'orientation ! La mère de Pierre, en 3ème : « depuis son voyage à Madrid, il ne pense qu’à l’espagnol ! C’en est même trop ! »

Ce sont les niveaux du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), dont on voit que la réforme du Collège s’emploie à mieux coller aux attentes de l’Union Européenne.

Les enseignants peuvent également travailler certaines compétences en B1.

Au collège, l’étude approfondie des langues agit parfois comme un révélateur pouvant faire émerger des passions et des vocations professionnelles.

Certains se découvrent un projet professionnel, d’autres au contraire tombent en désamour pour l’apprentissage des langues.

De nombreux profs de langue ont commencé à envisager les langages étrangères comme leur futur métier à cette étape de leur vie.

Soit parce qu’ils étaient si brillants en cours d’espagnol qu’ils décidèrent de s’inscrire en DEUG d’espagnol (l’ancêtre de la licence 1), soit parce qu’ils avaient déjà une attirance profonde pour langue, culture et civilisation espagnoles.

Vous souvenez-vous de votre premier voyage en Espagne avec le collège ?

C’était incroyable de découvrir le mode de vie espagnol. Les sorties, les rues animées jusque tard le soir, les tapas entre amis, l’hospitalité des locaux et la chaleureuse ambiance de l’Espagne…

Voilà de quoi se motiver à progresser en espagnol !

Choisir la langue de Cervantès en LV2 au collège est idéal pour entamer son apprentissage. Désormais, cet enseignement peut d’ailleurs être complété par les ressources espagnoles en ligne !

A l’époque où j’étais collégien ou au lycée, internet n’en était alors qu’à son stade embryonnaire : si j’avais eu accès à un site web d’enseignement des langues, mon cursus universitaire aurait peut-être été différent !

Passer le bac option espagnol : développer l’usage de la langue

Généralement, au lycée, les élèves qui ont une préférence pour les langues s’orientent naturellement vers la filière littéraire !

Quiconque souhaite devenir prof d’espagnol et développer ses compétences en vue de ses futures études supérieures, plusieurs options sont possibles pour améliorer significativement sa maîtrise de la langue.

Choisir le bac ES

La filière Économique et Sociale ouvre à des champs interdisciplinaires très larges et vise à conférer aux futurs bacheliers une culture générale vaste en histoire géographie, droit et sciences politiques, économie, sociologie, philosophie et mathématiques.

Mais on oublie souvent que les langues étrangères sont importantes pour le bac ES : l’espagnol, choisi en LV1 ou LV2 peut faire gagner des points à l’examen, aider à décrocher une mention et faciliter sa première formation universitaire.

Le niveau attendu à l’issue de la classe de terminale ES est B2 en choix de l’espagnol LV1, B1 en LV2.

A la session 2019 du bac d’espagnol en LV1, le coefficient sera de 3 tandis qu’il sera de 2 en choix de LV2.

Bac L option espagnol renforcé

C’est l’autre option incontournable quand on est attiré par la langue de Cervantès !

En 1ère littéraire, les lycéens choisissent les options qui leur rapporteront des points supplémentaires au Bac. Il est alors possible de choisir l’approfondissement d’une langue.

Tout apprendre sur le monde hispanique pour enseigner. « Plus tard, j’enseignerai la littérature espagnole et la culture ibérique ! »

Si l’approfondissement concerne la LV1, l’objectif est d’atteindre le niveau C1 (utilisateur expérimenté autonome).

Dans le cas d’une LV2, le lycéen pourra améliorer sa maîtrise de la langue et atteindre le niveau B2 (utilisateur indépendant avancé).

L’intérêt ? Plus d’heures de cours donc plus de pratique pour des progrès plus importants.

Ce n’est pas le seul point positif. En cours d’espagnol renforcé, l’enseignement aborde la langue sous un autre angle et place l’oral au cœur des cours. Une étape essentielle quand on souhaite par la suite devenir enseignant d’espagnol.

La section européenne espagnol

Il est possible d’intégrer une section européenne au lycée.

L’intérêt est certain pour les élèves qui désirent poursuivre par la suite des études dans le domaine des langues.

Dès la seconde, une partie des cours non linguistiques est dispensée en espagnol. Un bon moyen de pratiquer la langue hispanique, même en cours d’histoire-géo ou de maths.

Des programmes d’échanges ou de séjours linguistiques hispanophones sont également développés. Une immersion là encore très bénéfique pour l’apprentissage de la langue de Salvador Dali !

Pour intégrer ce type de cursus, il vous faudra un niveau initial suffisant et une bonne dose de motivation.

Près de 230 000 élèves sont scolarisés dans plus de 4 500 sections européennes.

Qu’est-ce que le Bachibac ?

Pour aller encore plus loin dans l’apprentissage de la langue, voici une autre possibilité : le Bachibac.

Le bachibac, une clé pour ouvrir de nombreuses portes ! Le regard tourné vers l’Espagne ? Pourquoi ne pas s’inscrire au baccalauréat bilangue ?

Le dispositif « Bachibac » est né en 2010, de la contraction entre le baccalauréat français et le bachillerato (l’équivalent du bac espagnol) : il permet aux élèves qui le souhaitent de s’inscrire dans une classe bilangue, ouvrant droit au double diplôme du bac.

Avoir suivi un Bachibac en France dans un lycée à section binationale permet donc un accès de plein droit aux établissements scolaires de l’enseignement supérieur espagnol.

C’est une formation reconnue par les deux États, accessible dès la classe de seconde, qui vise à passer en même temps le baccalauréat français et le bachillerato espagnol.

Un parcours intéressant pour les enfants de couples binationaux et bilangues par exemple.

Pour réussir ce défi ambitieux, certaines familles ne rechignent pas à commander des heures de cours particuliers à domicile, car un bon professeur d’espagnol à domicile, à l’enseignement pédagogique et didactique, est toutefois conseillé !

Le Bachibac se déroule comme suit : durant 7 heures hebdomadaires en seconde et 8 heures hebdomadaires en première et en terminale, les élèves suivent des cours de langue et littérature espagnoles ainsi que des cours d’histoire-géographie (4 heures) dispensés en espagnol.

En classe de première et de terminale, un enseignement approfondi de langue et littérature espagnoles est obligatoire, et remplace la LV1.

Enfin, trois facteurs conditionnent l’obtention du Bachibac :

  • Obtenir son baccalauréat français,
  • Avoir un minimum de 10/20 aux épreuves écrite et orale de langue et littérature espagnoles,
  • Avoir un minimum de 10/20 aux examens écrits d’histoire-géographie (en espagnol).

Pour intégrer cette filière, il est nécessaire d’avoir au minimum le niveau B1 (utilisateur indépendant). Là encore, la pratique de la langue est au cœur des enseignements, dans des matières non linguistiques.

LEA anglais espagnol ou LLCER Espagnol : quelle filière choisir ?

Une fois le bac en poche, direction la fac de langues :

  • La filière LEA (Langues Etrangères Appliquées),
  • La section LLCER (Langues, Littérature et Civilisations Etrangères et Régionales).

Quel diplôme universitaire choisir dans l’optique de devenir professeur d’espagnol ?

La fac de LLCE en civilisation ibérique ? Pourquoi pas ! Petit, si on m’avait dit que j’irai jusqu’à faire des études de langue espagnole…

Il faut également se demander : veut-on travailler avec des enfants ? Aime-t-on manier les chiffres ? Est-ce que l’on a le contact facile et de bonnes aptitudes relationnelles ?

Il va de soi que pour devenir professeur des écoles ou enseignant – jusqu’aux enseignants chercheurs -, il ne faut pas avoir peur de prendre la parole en public et aimer être en contact avec les élèves !

Les principales différences entre ces deux licences sont liées à leur vocation initiale…

La licence LEA est plus tournée vers des métiers aux enjeux internationaux (commerce, tourisme, traduction technique…) et vise à aborder les langues pour un usage en entreprise.

En LEA les cours comprennent 2 voire 3 langues, des cours d’économie, de droit, de marketing, de traduction sur des textes spécialisés ou encore d’histoire contemporaine.

Un stage en entreprise est d’ailleurs obligatoire en licence !

La Licence LLCER est centrée sur l’étude approfondie d’une seule langue.

L’enseignement est basé sur un apprentissage théorique et littéraire avec des cours de linguistique, d’histoire antique et moderne, des cours de grammaire, la lecture de nombreux romans, l’apprentissage de la traduction et du thème sur des textes essentiellement littéraires.

En LLCER, pas de stage en entreprise, mais les étudiants ont la possibilité d’étudier pendant un ou deux semestres à l’étranger.

La licence LLCER est souvent qualifiée de « voie royale » pour devenir prof de langues.

Cette formation apporte une connaissance approfondie de la langue, mais aussi de l’histoire et de la culture des pays dans lesquels elle est parlée. Une approche particulièrement adaptée quand on aspire à enseigner l’espagnol.

Alors, pour vous, ce sera LEA ou LLCER pour enseigner l’espagnol ?

Devenir prof d’espagnol : voyager dans un pays hispanophone

Partir à l’étranger est souvent reconnu comme l’un des meilleurs moyen pour apprendre une langue étrangère.

Partir pour découvrir l'Amérique Latine, revenir professeur. Apprendre l’espagnol en Colombie : pour avoir le meilleur des accents !

Cela paraît évident : pourquoi devenir hispanophone en France ? Non, pour devenir prof d’espagnol, on pensera d’abord à voyager dans un pays hispanophone.

Passer plusieurs mois – voire années – en Espagne ou en Amérique Latine peut aider à devenir bilingue espagnol : lors d’un stage à l’étranger, en partant enseigner le français, en allant donner des cours particuliers.

Devenir prof en étant prof, hein ?

Et oui ! On pense notamment aux cours de soutien dans les pays où l’enseignement privé est inabordable pour les familles désargentées ou désœuvrées.

En Équateur, au Pérou, en Colombie, en Bolivie, au Mexique, en Uruguay ou en Argentine nombre d’enfants suivent des cours privés pour progresser, ou sont en décrochage scolaire car les écoles ayant été privatisées, leurs parents ne peuvent plus payer des frais d’inscription exorbitants à leurs enfants.

Donner des cours de français ou de mathématiques en espagnol peut être un excellent moyen de consolider ses connaissances.

Le but : on apprend l’espagnol en travaillant auprès d’hispanophones.

Autre solution, la plus facile mais coûteuse : on peut suivre un stage intensif de cours d’espagnol en Espagne ou en Amérique du Sud.

Enforex, ESL, Language international, Activa langues, réseau EF, etc… Les centres de formation linguistique sont nombreux, et permettent d’étudier à l’étranger l’idiome de Cervantès (Séville, Grenade, Madrid, Barcelone, Buenos Aires, Medellin, Mexico, etc.).

Ou quand réaliser un rêve d’enfant fait naître des vocations !

Faire une année d’Erasmus en Espagne

Partir prendre des cours d’espagnol pour apprendre l’espagnol en Espagne est un des passages obligés quand on souhaite devenir enseignant d’espagnol...

Les études hispaniques dans la péninsule ibérique : pour soigner son projet professionnel ! Séville, sud de l’Espagne : attention, une année d’Erasmus n’est pas une année sabbatique !

Quoi de mieux que de s’immerger dans un pays au quotidien, découvrir une culture concrètement pour apprendre à parler couramment une langue ?

A l’image de Romain Duris dans l’Auberge Espagnole, le séjour à l’étranger pour une longue durée prend aussi des allures de parcours initiatique.

Cette expérience procure un enrichissement qui permet de découvrir un pays dans son quotidien – en l’occurrence la culture des pays hispaniques -, mais qui permet aussi d’en apprendre beaucoup sur soi-même.

Chaque année, 26 000 étudiants français partent en Erasmus. Le programme européen pour la formation, l’éducation, la jeunesse et le sport fêtera ses 30 ans en 2017.

Partir en Espagne pendant un semestre ou deux sera particulièrement bénéfique pour améliorer votre pratique de la langue dans un contexte idéal à condition de :

  • S’ouvrir aux autres et s’intégrer (pas seulement auprès des autres étudiants étrangers qui ne maîtrisent que l’anglais ou un espagnol approximatif…),
  • Aller à la rencontre des « natifs » pour s’exprimer en espagnol au quotidien et enrichir son vocabulaire. Indispensable pour améliorer sa compréhension orale et acquérir une fluidité dans l’expression. Ce sera aussi une bonne occasion de travailler votre accent,
  • Visiter et découvrir pour s’immerger dans la culture espagnole. Vos nouveaux amis Espagnols prendront plaisir à vous faire découvrir leur mode de vie !

Attention toutefois à ne pas confondre l’échange Erasmus avec des vacances… Il vous faudra sans doute faire des efforts pour vous adapter aux cours espagnol débutant et vous organiser pour adopter un rythme de travail rigoureux.

Se former aux métiers de l’enseignement : l’année de Master 1 MEEF

Dernière autre voie royale pour devenir un professeur d’espagnol certifié : le master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation), accessible avec une licence !

Devenir prof de langue espagnole : un marathon ! Voici la plus fidèle représentation du CAPES d’espagnol : il faut arriver en tête !

Créée en 2013, cette formation diplômante et « professionnalisante » est destinée à tous les futurs enseignants.

Cette année de bac + 4 est suivie en alternance à l’université (la Faculté d’éducation) et à l’ESPÉ (dans les bâtiments des anciens IUFM).

Elle vise à préparer le concours externe du CAPES – pour enseigner dans l’enseignement public – ou à préparer un concours pour enseigner dans un établissement privé sous contrat : le CAFEP.

Pour devenir professeur certifié au collège ou au lycée et y donner votre cours espagnol, il faut obtenir le Master MEEF 2nd degré. Cette  formation intègre :

  • Des enseignements théoriques sur la pédagogie et les compétences didactiques,
  • Des enseignements basés sur les savoirs disciplinaires indispensables,
  • Une préparation aux concours de recrutement (CAPES externe ou CAFEP) se déroulant en fin de première année,
  • Des stages en 1ère année, et une 2ème année en alternance.

La première année est cruciale, car non seulement il faut obtenir le M1, mais aussi réussir les épreuves écrites et orales du concours du CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement du Second degré).

On précise que l’obtention du concours ne conditionne pas l’accès au Master 2, dont l’admission après le M1 se fait de facto.

Toutefois, valider un M2 MEEF sans avoir le bénéfice du concours sera inutile (peut-on enseigner l’espagnol sans CAPES ?).

En validant ce grade de niveau IV correspondant au bac + 5, le nouvel enseignant ou professeure lauréat(e) du concours attestera qu’il a les qualités nécessaires à l’enseignement de l’espagnol !

Se former aux métiers de l’enseignement : l’année de Master 2 MEEF

Une fois le master validé, on devient un enseignant certifié pouvant dispenser des cours d espagnol au collège ou au lycée.

Mais avant d’être titularisé(e), il faut effectuer une année de stage en alternance avec l’université : c’est le Master 2.

Durant l’année scolaire, on effectue un service à mi-temps de 9 heures (payé pour 18 heures plein-temps) en responsabilité devant ses propres élèves, et sous la direction d’un tuteur titulaire en poste.

Cette année charnière (beaucoup de cours à préparer et découverte de la profession) est très difficile. Conjointement, un mémoire doit être rédigé en fin du second semestre pour l’obtention du diplôme de Master 2.

Normalement, l’affection se situe dans la même académie que celle où l’on s’est inscrit pour passer le CAPES ou le CAFEP d’espagnol.

C’est à la suite de l’année de stage que l’on se retrouvera parachuté (parfois loin de ses attaches territoriales) dans une Académie différente, soit en enseignant titulaire sur zone de remplacement (le fameux statut TZR), soit en enseignant titulaire avec un poste fixe.

Bien choisir son statut pour devenir prof d’espagnol

Professeur titulaire, enseignement privé sous contrat, professeur contractuel, enseignant indépendant… Tous les statuts de l’enseignement ont leurs avantages et leurs inconvénients, qu’il faudra bien considérer.

Les régions du Midi : les plus difficiles à obtenir dans l'Education Nationale ! Quel sera mon résultat d’affectation ? J’espère avoir le sud de la France !

Les plus chanceux des lauréats certifiés ou agrégés – dotés de plus de points – pourront ne pas trop s’éloigner, ou au mieux, choisir leur zone d’affectation.

Mais pour les plus malheureux, les demandes de mutation et les PACS pour demander un rapprochement de conjoint fleurissent alors dans le milieu enseignant.

En substance, le statut de TZR met moins de pression aux nouveaux enseignants, qui ont moins de cours à préparer.

Mais l’inconvénient est que l’on effectue des remplacements au gré des arrêts maladie ou des congés maternité des enseignants en poste, d’où la sensation désagréable d’être une unité mobile à la merci des besoins de l’Education Nationale.

Marie, jeune professeure de lettres modernes, a obtenu son Master 1, son CAPES et a effectué son Master 2 et son année de stage dans l’Académie de Montpellier.

L’année scolaire suivante, elle a été affectée dans l’Académie de Grenoble, en TZR : elle n’a jamais d’information sur la prolongation ou la durée d’un remplacement, et elle se retrouve dans des zones sensibles où les élèves – parfois ingérables – souffrent de difficultés scolaires abyssales. 

Du même coup, exerçant à très court terme, elle ne peut prévoir aucun dispositif pédagogique pour l’année en cours avec ses élèves.

De plus, elle voit désormais sa titularisation comme un cadeau empoisonné et frustrant car elle a le sentiment d’être traitée comme un prof contractuel, et aurait pu exercer avec ce statut, au risque de perdre le bénéfice du concours, mais sans être déracinée de sa région natale.

Si l’on préfère être professeur dans l’enseignement supérieur, il faudra obtenir le concours de l’Agrégation : en collège-lycée, l’Agrégation débouche sur un service à 15 heures au lieu de 18, et l’on est mieux rémunéré.

Ce concours permet également de donner des cours à des étudiants en licence à l’université.

L’éducation Nationale a ouvert 30 000 postes en 2016. Pour la session 2019, plus de 24 000 postes seront ouverts.

Et oui, notez que le gouvernement E. Philippe réfléchit actuellement à un prochain recrutement des professeurs à bac+3 (comme avant la mastérisation voulue par Luc Chatel !) et à un recours plus massif aux enseignants contractuels.

Nous n’y sommes pas encore, mais des postes de fonctionnaires ayant déjà été supprimés, peut-on y voir une prochaine généralisation du recours à l’enseignement privé ?

Quoi qu’il advienne, on peut également donner des cours particuliers à domicile en étant prof indépendant, notamment en rejoignant nos professeurs sur Superprof.

Heureusement, il est possible d’enseigner l’espagnol sans diplôme

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar