Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment célèbre-t-on le passage à une nouvelle année en Chine ?

De Yann, publié le 16/03/2018 Blog > Langues > Chinois > Tout Savoir Sur le Nouvel An Chinois

Selon un proverbe chinois, « quand on n’a rien à se reprocher dans la journée, on ne craint pas que les fantômes viennent hurler à la porte au milieu de la nuit. »

Mais même si l’on n’a rien à se reprocher, de mauvais esprits peuvent toujours persister dans la culture chinoise et il importe de les chasser. Tel est le but des festivités du Nouvel An chinois.

Cette année 2018 est placée, selon le calendrier luni-solaire chinois, sous le signe de la terre et du chien.

Contrairement à notre tradition occidentale, dans la culture chinoisela date du Nouvel An chinois, dont l’ouverture et le signe du zodiaque chinois varient chaque année, ne correspond pas cette année au 1er janvier, mais au 16 février 2018.

Si vous souhaitez apprendre le chinois mandarin, découvrir la Chine ou même voyager en Chine, à Taïwan, à Hong-Kong, au Vietnam ou encore se balader dans un Chinatown de nombreux pays du monde en hiver, le Nouvel An chinois est incontournable.

Comment s’organisent les fêtes du Nouvel An chinois, comment expliquer un tel festival et quelle est leur origine historique et culturelle ?

Telle est la finalité de cet article : comprendre l’essentiel du Nouvel An chinois, son origine chinoise ancestrale et son organisation.

Voici donc par la rédaction de Superprof, tout sur le Nouvel An chinois.

Le Nouvel An chinois, qu’est-ce que c’est ?

Le Nouvel An chinois, un gigantesque carnaval, grande fête où danses s’allient avec musique traditionnelle, folklore et meilleures recettes chinoises de nouilles, de riz cantonais et de raviolis chinois ?

Quelle est l'origine de ce grand défilé de février ? On recense de nombreux Chinois en France et on ne se lasse pas de leurs traditions !

Une orgie sardanapalesque à la romaine où l’on se bâfre, à l’instar du carnaval de Rio de Janeiro ou de celui de Santa Cruz de Tenerife ?

Évidemment, ce n’est pas que cela.

Le Nouvel An chinois (农历新年 en signes chinois) – Nongli Xinnian en hanyu pinyin -, ou nouvel an lunaire, se dénomme aussi la Fête du Printemps (春节, Chunjie) ou encore, la Fête du Têt au Vietnam.

Dans l’imaginaire populaire collectif, la finalité de cette grande fête est de souhaiter un heureux passage à la nouvelle année qui s’annonce, en éliminant les esprits malveillants, après les douze étapes de la course de la Terre autour du soleil.

C’est le festival le plus important du monde asiatique, célébré en République populaire de Chine, à Taïwan, à Hong-Kong, Singapour, en Malaisie, Thaïlande, Philippines, Corée du Sud, Japon, au Vietnam et dans de nombreux pays du monde non sinophone.

Partout où vit une importante communauté Chinoise, est célébré le Nouvel An chinois. De fait, il est célébré dans le monde entier : Londres, New-York, Paris, Tokyo, Sydney, Montréal, etc.

Le Nouvel An du calendrier chinois commence lors de la deuxième nouvelle lune depuis le solstice d’hiver et s’achève quinze jours plus tard avec la Fête des lanternes, qui est la première pleine lune de l’année.

Dans le calendrier grégorien, cela correspond toujours à la période entre le 21 janvier et le 19 février. Cette année, le festival commencera le vendredi 16 février 2018, marquant le passage de l’année du coq de feu à celle du chien de terre.

Sur trois à sept jours selon les pays, les festivités ont pour vocation de se débarrasser des turpitudes subies de l’année passée afin de repartir sur un nouvel an heureux, chanceux, voire providentiel.

Les raviolis dans le monde sinophone : un délice culturel ! Pour marquer la longévité et la vie, on se réunit en famille le jour de la Fête du Printemps avec de majestueux repas.

Dans le calendrier chinois, une année dure 12 mois lunaires, sur 355 jours – donc onze jours de moins que notre calendrier -, et chaque année se voit placée sous l’un des douze signes du zodiaque chinois :

  • Rat (2008),
  • Boeuf/buffle (2009),
  • Tigre (2010),
  • Lapin/lièvre/chat (2011),
  • Dragon (2012),
  • Serpent (2013),
  • Cheval (2014),
  • Chèvre (2015),
  • Singe (2016),
  • Coq (2017),
  • Chien 2018),
  • Cochon (2019).

A chaque année, correspond également un des cinq éléments (wuxing) : métal, eau, bois, feu ou terre.

Et chaque signe astrologique chinois comporte ses interprétations : le site pour apprendre le chinois mandarin « Chine Nouvelle » a publié des informations fécondes pour connaître chacune des significations des signes du zodiaque chinois.

Les festivités commencent le 24ème jour du dernier mois lunaire : dans la tradition chinoise, les Dieux montent au ciel ce jour-là pour honorer l’Empereur de Jade – Yu Wuang -, le dieu des dieux et souverain des cieux depuis le 7ème siècle dans la mythologie chinoise.

Sept jours durant (en Chine), pendant cinq jours à Taïwan, et trois jours au Vietnam, et partout dans le monde, on se retrouve en famille pour partager de somptueux festins, en se distribuant des étrennes – souvent des dons d’argent – destinées à porter bonheur en cours de chinois.

Une histoire du nouvel an chinois

L’origine de cette grande fête remonte à l’Antiquité, et est liée à la production agricole que l’on souhaita abondante afin d’éviter de subir une éventuelle crise frumentaire.

D'où provient de bruit assourdissant des défilés du nouvel an asiatique ? Craquer des pétards : initialement, pour chasser un prédateur et de nos jours, pour éloigner les mauvais esprits.

Ce serait vers l’an 104 avant J-C sous le règne de Wudi (-140 ; -80) et sous la dynastie des Hans de l’ouest, que le calendrier chinois actuel aurait été créé.

Toutefois, les premières traces de références à ce comptage des jours selon les astres remonterait en Chine à la première année du règne de l’Empereur Jaune dit « Huangdi », soit à l’année 2698 avant notre ère.

Ainsi serions nous en l’an 4716 plutôt qu’en 2018.

Ce calendrier lunaire se succéda au fil des siècles sous la dynastie des Qing de 1616 à 1911. Ainsi, le jour de l’An devint une fête traditionnelle pour tous les monarques.

Une légende chinoisela légende de Nian – raconte qu’un monstre hybride entre lion et taureau, féroce et vorace créature du fond de la mer, avait pour habitude de sortir sur la terre ferme pour se faire un festin en dévorant le bétail et les personnes se trouvant sur son passage, toujours à l’heure du passage à la nouvelle année.

La légende raconte qu’un vieil homme mendiant serait arrivé dans un village de campagne un soir de nouvel an, et aurait promis à une habitante qu’il parviendrait à faire fuir le monstre en échange de l’accueillir une nuit sous son toit.

Dans le village déserté par ses habitants terrorisés, il réunit casseroles, chiffons rouges, bambous secs et bougies chez son hôtesse. Il cloua les chiffons sur les huisseries de la porte d’entrée, alluma les bougies, mit le feu aux bambous à minuit lors de l’approche du Nian.

Les craquements des bambous secs brûlant, le bruit des casseroles sur lesquelles le vieil homme tapait, et le rouge éclatant des chiffons auraient effrayé la bête sauvage, qui aurait rebroussé chemin.

Le lendemain, les villageois, surpris que rien ne fut dévasté et que nul ne fut assassiné, se mirent à faire la fête en famille pour célébrer la prouesse de la veille.

Craignant le rouge, la lumière et le bruit, la créature Nian était ainsi éloignée des maisons. Et le lendemain, heureux d’avoir la garantie d’être encore en vie pour une année supplémentaire, les gens auraient eu coutume de crier « félicitations ! » (Kung-hsi).

C’est la raison pour laquelle les Chinois se mirent à accrocher au perron de leur porte d’entrée de nombreux papiers et chiffons rouges – sur lesquels était inscrit un poème -, à allumer des torches enflammées et à faire claquer des pétards pendant toute la nuit.

Les festivités du Nouvel An chinois étaient nées : une sorte de Bête du Gévaudan en version orientale, en somme…

Les Chinois ont longtemps cru que veiller jusqu’au premier matin de la nouvelle année permettait ainsi aux membres de leur famille, aux anciens et aux parents d’accroître leur longévité.

En 2018, il faudra prononcer la phrase « xīnnián kuàilè, gou nián dàjí » pour souhaiter la nouvelle année (« Heureuse nouvelle année, beaucoup de chance pour l’année du chien », 新年快乐 狗年大吉). Si vous êtes du signe du Chien, vous pourrez même vous faire graver votre symbole avec un tatouage chinois !

Où et comment célébrer les festivités du nouvel an chinois ?

Comment s’organisent de nos jours les fêtes du nouvel an chinois ?

Quiconque aura raté le réveillon du 31 décembre 2017 peut toujours se rattraper en se joignant à un repas de groupe intergénérationnel auprès de la communauté chinoise de sa ville.

Le 16 février 2018, un jour festif pour rencontrer des Chinois dans le 3ème arrondissement, Place d'Italie ou au Trocadéro. La tour Eiffel en rouge : non, ce n’est pas la victoire de la France Insoumise aux élections, mais le nouvel an chinois parisien !

Le repas du nouvel an chinois varie selon les régions, mais se veut être partout un porte-bonheur pour les douze mois à suivre : de quoi mêler un moment agréable avec la révision des sinogrammes et des caractères chinois arborés sur les banderoles et les chars des défilés !

Le dîner de la veille du passage à la nouvelle année, les populations chinoises ont coutume de manger des raviolis chinois, des nouilles sautées – la nouille symbolise la longévité dans la culture chinoise -, et des gâteaux de riz glutineux.

Les raviolis – jiaozi en chinois- symbolisent la réunion familiale les réjouissances et le bonheur.

Et en plus, pour les avoir personnellement goûtés lors d’un voyage à Taïwan, je peux personnellement certifier qu’ils sont succulents.

Les Chinois, de nos jours, ont conservé la tradition de faire éclater des pétards pendant la Fête du Printemps, qui se déroulera cette année le 16 février 2018 (cours de chinois paris).

Au jour de l’An, donc le lendemain de la Fête du Printemps, les cloches sont traditionnellement sonnées en guise de porte-bonheur et c’est à ce moment que l’on s’échange les vœux de la nouvelle année et que l’on rend visite aux parents et aux proches.

A partir du 16 février 2018, un traditionnel défilé, des expositions, des animations sous le signe du chien, et des concerts seront organisés à Paris et dans toutes les grandes villes de France (Lyon, Marseille, Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, etc.).

A Paris, le défilé de la Fête du Printemps donnera lieu à une énorme parade avec dragons, lions, danseurs et chars bariolés de couleurs vives, du « ème au 13ème arrondissement en passant par les quartiers du Marais, de Belleville, à Courbevoie, Noisy-le-Grand ou encore Aubervilliers.

Pour connaître le programme du nouvel an chinois à Paris, le portail d’informations sur la Chine y a consacré une page spéciale.

Une anecdote, pour finir : lors du nouvel an chinois 2014, environ 266 millions de voyages ont été effectués en train dans le monde, ce qui en fait la plus grande migration humaine de la planète.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar