Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Tout sur les caractères chinois, de l’alphabet à l’art calligraphique

De Yann, publié le 16/03/2018 Blog > Langues > Chinois > Idéogramme Chinois : Comment Apprendre à Ecrire ?

« Il ne faut, à aucun prix, renoncer à l’écriture, ne serait-ce que parce que dans toutes les grandes civilisations, l’écriture est liée à la calligraphie, c’est-à-dire à la beauté. » René Étiemble (1909-2002), écrivain Français et spécialiste du confucianisme.

Rien ne saurait mieux résumer la beauté et l’esthétique de l’écriture chinoise que la maxime de cet écrivain Français. En effet, c’est la sensation première qui vient à l’œil d’un apprenant sinophone débutant : la calligraphie chinoise, c’est joli, minutieux, un art d’une grande finesse.

Apprendre une langue étrangère implique inéluctablement l’apprentissage de son système d’écriture en sus de son architecture grammaticale et du vocabulaire pour pouvoir se faire comprendre.

Or l’alphabet chinois se trouve aussi éloigné de l’alphabet latin que la Chine ne l’est de la France géographiquement : aux antipodes. Prendre des cour de chinois mandarin, tout comme apprendre l’arabe, apprendre le japonais ou l’alphabet cyrillique, invite à repenser son mode de fonctionnement et à bouleverser ses habitudes.

La langue chinoise est le second idiome le plus usité du monde après l’anglais, avec plus d’un milliard de locuteurs sinophones. En outre, le chinois mandarin est la langue officielle de la république populaire de Chine, de Taïwan et de Singapour.

Apprendre à parler chinois, découvrir la culture chinoise, lire et écrire les caractères chinois – et dépasser l’usage de la transcription phonétique en pinyin – revêtent donc d’une importance croissante dans un monde globalisé où, la Chine étant la seconde puissance économique mondiale, les compétences linguistiques peuvent constituer un puissant signal d’employabilité adressé aux employeurs.

Voici dans cet article quelques astuces pour apprendre l’écriture chinoise et perfectionner son niveau de langue grâce au cours chinois.

Les idéogrammes chinois : une origine multimillénaire

Provenant de la culture chinoise ancestrale, comme la célébration du nouvel an chinoisles caractères chinois sont le plus ancien système d’écriture qui soit encore actif de nos jours. Ce que les Occidentaux nomment « sinogramme » évoque en réalité les « hànzì », soit l’écriture des Han.

Il y a 4000 ans, l'Homme "primitif" inventait l'écrit. C’est sur des carapaces de tortues que furent découverts les premiers signes chinois. Et dire qu’aujourd’hui, ces espèces sont menacées d’extinction…

Une légende veut que les caractères chinois aient été inventés par Cang Jie, un ministre de l’Empereur Jaune vers 2750 avant notre ère. Ce serait un homme doté de quatre yeux et de doubles pupilles, lui permettant de voir les secrets du ciel et de la terre.

Toute croyance et légende n’engage que ceux qui y croient. Cependant, tout concept a besoin de ses mythes fondateurs.

En ce qui concerne l’histoire du signe chinois, on raconte qu’un empereur, Cang Jie, aurait trouvé les sinogrammes en observant les comportements des animaux et des Hommes.

Après avoir observé comment les chasseurs traquaient leurs proies sur la base de l’empreinte laissée au sol par les pattes de l’animal, Cang Jie aurait fondé un système d’écriture spécifique représentant chaque chose par une image directement reconnaissable.

D’où le fait que chaque caractère chinois représente non pas une lettre, mais une idée, une représentation imagée (ou suggérée) de la réalité.

Des découvertes archéologiques au début du 20ème siècle mirent au jour des carapaces de tortues – datant de la dynastie Shang (1570-1045 avant notre ère) -, sur lesquelles étaient inscrits des idéogrammes chinois : les scientifiques furent frappés de découvrir qu’il s’agissait des mêmes caractères que ceux employés en leur temps.

Ces fouilles ont ainsi confirmé l’existence multimillénaire de cette écriture chinoise idéographique, datant de six ou sept mille ans !

C’est en partie pour cette raison qu’apprendre le chinois est un exercice ardu, dont les signes sont difficiles à mémoriser : fort de six ou sept millénaires d’évolution, même un universitaire Taïwanais ou natif de Pékin, ne peut être capable de dresser une liste exhaustive de tous les signes existant.

Apprendre à lire les sinogrammes : bon courage ! Perfectionner sa reconnaissance de caractères chinois : partir en voyage en Chine et à Taïwan !

Il y en aurait en effet 49 030 caractères recensés dans le dictionnaire chinois de Kangxi – le plus célèbre -, mais un autre Grand dictionnaire, le « Zhonghua Zihai », recense plus de 80 000 signes…

De quoi donner le tournis à chaque linguiste sinologue, bien que seuls 2 000 suffiraient à lire le journal, et que la connaissance de 7 000 d’entre-eux suffise à acquérir une pratique du vocabulaire chinois courante.

Pour apprendre à écrire le chinois ou pour maîtriser l’art de la calligraphie chinoise, il est essentiel de connaître la manière dont est constituée un caractère chinois.

Système d’écriture chinoise : autopsie d’un caractère chinois

Nombre d’étudiants pourraient pousser des cris d’orfraie à la vision de ce qu’ils voient davantage comme des hiéroglyphes égyptiens qu’un système d’écriture.

Il est fondamental de respecter l'ordre et la direction des traits en cours de mandarin ! Dans quel sens ces sinogrammes ont-ils été tracés ?

Et oui, dans la langue de l’empire du milieu – Zhōnghuá, 中華, il n’y a pas de lettres comme dans notre cher alphabet latin : c’est une langue dépourvue d’alphabet phonétique.

Le mot chinois n’est pas exprimé en fonction d’un code alphabétique, mais par des symboles représentant un morphème. Un signe chinois revêt une forme tridimensionnelle :

  • Un aspect graphique : son écriture implique le respect du sens des traits et la direction du tracé,
  • Un aspect phonétique : prononcer le chinois est difficile pour un débutant, c’est une langue tonale (la difficulté étant de prononcer les quatre tons). Chaque caractère chinois comporte une syllabe avec une partie initiale, une partir finale et un ton,
  • Un aspect sémantique : un sinogramme est associé à plusieurs idées et différents sens.

Chaque trait de caractère chinois doit être tracé dans un sens précis, selon un ordre donné. Et il existe huit traits fondamentaux :

  • Le point, en oblique du haut vers le bas et vers la droite,
  • Le trait horizontal, de gauche à droite,
  • Le trait vertical, de haut en bas,
  • La courbe à gauche, de haut en bas vers la gauche,
  • La courbe à droite, de haut en bas vers la droite,
  • Le trait relevé à droite, de bas en haut vers la droite,
  • Le trait brisé horizontal et vertical,
  • Le crochet (horizontal, vertical, oblique).

C’est par la mémorisation de chaque trait que l’on parvient à écrire les caractères et les kanji. Des caractères indispensables pour comprendre les règles de la fameuse Fête du Printemps chinois.

Écrire en chinois implique en outre de respecter un format spécifique : les signes chinois sont encadrés et doivent être réguliers, encastrés dans un carré invisible, imaginaire.

Respecter l’ordre des traits donne de l’équilibre à l’écriture, mais cela va aussi aider à reconnaître les sinogrammes, puis à les écrire de plus en plus rapidement.

L’apprenant pourra déceler le nombre de traits – de un à vingt ou plus – et s’apercevoir que les idéogrammes et pictogrammes prennent toujours le même espace.

On peut aussi consulter le site pour apprendre le chinois en ligne Chine Nouvelle : il divulgue une méthode d’apprentissage de l’écriture où chaque caractère est présenté en chinois simplifié et en chinois traditionnel, avec des explications sur la prononciation, l’étymologie, l’origine et l’histoire du caractère.

La langue chinoise s’écrit traditionnellement dans des colonnes de droite à gauche et de haut en bas, comme l’écriture japonaise. Cependant, l’écriture horizontale et de gauche à droite est apparue à la fin du 20ème siècle, notamment pour publier les articles scientifiques.

Les idéogrammes chinois à travers l’art : la calligraphie chinoise

La calligraphie chinoise signifie littéralement l’art d’écrire : shūfa en alphabet pinyin, 书法 en chinois simplifié. On estime que cet art remonte à deux mille ans et qu’il est considéré comme l’essence même de l’accomplissement artistique.

Quand l'écriture devient une activité artistique, ou comment avoir le plaisir d'apprendre une langue. La calligraphie chinoise, de la tradition au capitalisme : on la retrouve partout sur les marque-pages, les tasses à café, les sacs en tissus…

La calligraphie est encore de nos jours très prisée, tant dans la culture chinoise traditionnelle qu’en Occident. En Chine, un calligraphe est celui qui pratique donc un art noble, un acte quasiment érigé au rang de divin.

Elle est traditionnellement pratiquée au moyen d’un pinceau, mais elle évolue au gré des innovations technologiques : autrefois sur lattes de bambous reliées ou sur papier de soie, elle se pratique aussi désormais avec stylo à bille et à plume et sur internet, au moyen d’un clavier chinois.

La calligraphie des caractères chinois a donné lieu à une expression datant des dynasties du Nord et du Sud (420-589) à l’époque féodale : les « Quatre trésors du lettré », regroupant :

  • Le pinceau,
  • Le bâton d’encre de Chine,
  • Le papier de riz,
  • La pierre à encre.

Ces instruments de calligraphie et de peinture ont la plus grande considération des artistes du monde chinois depuis l’Antiquité. Faire une bonne calligraphie était en effet, dans la culture traditionnelle chinoise, le signe d’un niveau de culture très élevé d’un lettré.

De nos jours, cet art n’est plus exclusivement l’apanage des savants et des moines bouddhistes, il intéresse aussi les fabricants industriels d’art déco, les couturiers, les artisans décorateurs, et tout praticien amateur d’arts du monde chinois.

On retrouve en effet souvent dans les magasins français, les caractères chinois peints ou gravés sur les objets servant à ornementer le mobilier des ménages : ustensiles de cuisine, objets décoratifs, tissus et autres colifichets en tous genres, estampillés d’un « made in Taiwan » ou d’un « made in Taipei« .

Pour devenir calligraphe, comment préparer son pinceau, le pigment et son liant ?

La préparation de l’encre consiste à moudre le bâton d’encre sur la pierre à encre avec une solution aqueuse, et les proportions – d’eau et d’encre – servent à gérer l’intensité de l’encre pour créer les contrastes.

Avec une bonne maîtrise de la calligraphie, vous pourrez peut-être un jour dessiner votre propre tatouage chinois !

Par ailleurs, la calligraphie ne désigne pas uniquement écrire les caractères chinois, mais aussi pratiquer plusieurs styles calligraphiques. Par exemple, il existe en moyenne trois graphies différentes par sinogramme.

Quelle graphie appliquer pour le signe shan, signifiant « montagne » par exemple ?

Apprendre la calligraphie chinoise, c’est l’étape supérieure des cours d’écriture chinoise, car pour calligraphier correctement un caractère chinois, il faut préalablement maîtriser l’ordonnancement des traits.

En quelques sortes, il convient d’être un bon scribe avant de devenir calligraphe.

Voilà, il n’y a plus qu’à s’entraîner ! Pourquoi ne pas commencer par demander à son professeur particulier d’écrire une liste de proverbes chinois ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar