Aide
Donner des cours

Donner des cours
Faire grandir ses élèves

Tout le monde a quelque chose à partager ou à enseigner.
Chez Superprof vous pouvez donner des cours particuliers dans plus de 500 matières (langues, sports, musique, arts, loisirs, soutien scolaire). Tous les profils de passionnés sont acceptés : étudiants, autodidactes, diplômés, agrégés, etc.

Chez Superprof vous pouvez donner des cours particuliers dans plus de 500 matières (langues, sports, musique, arts, loisirs, soutien scolaire). Tous les profils de passionnés sont acceptés : étudiants, autodidactes, diplômés, agrégés, etc.

ou
Champ à renseigner Veuillez saisir une adresse courriel valide
Champ à renseigner Mot de passe incorrect
  • Enseignez
    au plus grand monde
    35 000 recherches d'élèves chaque jour.
    Plus de 500 disciplines à partager.
  • Fixez vos
    propres tarifs
    Rémunération sans commission.
    Gagnez jusqu’à 3 000€ / mois.
  • Rejoignez l'aventure
    sans risque
    Diffusion gratuite de vos annonces de cours.
    Uniquement des contacts serieux d’élèves.
Déjà 3 ans avec Superprof et près de 200 élèves !
Laurent Prof de maths, Paris
On ne naît pas n°1, on le devient avec Superprof !
Yohann Coach sportif, Paris
Je n'ai eu que des élèves très sérieux par Superprof.
Rinah prof d'anglais, Paris
Je reçois beaucoup d'élèves, j'ai vraiment un Superjob !
Licia Prof d'italien, Paris
Superprof est mon activité principale.
Thierry Prof de maths, Paris

Rejoignez une grande famille

Superprof rassemble la plus grande communauté de professeurs pour des cours particuliers ou des cours collectifs : 400 000 profs nous font confiance.

La publication de vos annonces est entièrement gratuite, Trouvez facilement des élèves motivés : plus de 35 000 recherches chaque jour.

Chaque prof a son parcours et son expérience qu'il décrit sur son annonce, tout le monde peut enseigner ses connaissances en musique, langue, sport, arts, loisirs ou soutien scolaire. Etudiant, passionné ou professeur certifié vous avez surement un savoir à transmettre.

Arrondissez vos fins de mois ou développez votre activité sans intermédiaire, Superprof vous connecte directement à vos futurs élèves.

Un fonctionnement extrêmement simple

  • 1. Inscrivez-vous

    - Indiquez votre identité et vos coordonnées
    - Validez votre email et votre téléphone
    - Envoyez votre diplôme (si applicable)

  • 2. Publiez votre annonce

    - Décrivez vos expériences et votre CV
    - Ajoutez une photo ou une vidéo
    - Demander des recommandations

  • 3. Répondez à votre élève

    - Les élèves intéressés vous contactent
    - Acceptez ou refusez leurs demandes
    - Obtenez leurs coordonnées et rencontrez les

Des milliers d'élèves chaque jour !

Nos professeurs reçoivent énormément de demandes de cours, voici les dernières.

Demande de Manon

Bonjour,je m'appelle Manon, je suis en cinquième secondaire à Notre-Dame de Namur et j'ai examens vendredi en mathématiques et je ne comprend absolument rien de mon cours c'est à dire inéquations,manipulations de fonctions,etc... J'éspère...

Il y a 1 heure
Thierry
Namur
Cours de mathématiques, d'électricité, de statistiques et de mécanique région namuroise en semaine et WE

Demande d'Alexandra

Bonjour Sophie ! Je suis Alexandra , j'ai 29 ans je suis française et vient de déménager à Bruxelles cette été. J'aimerais perdre du poids (7 A 10kg) en reprenant le sport et me sentir mieux dans mon corps . J'aimerais pouvoir discuter avec...

Il y a 2 heures
Sophie
Ixelles
Coaching sportif et nutritionnel adaptés à vos objectifs sur Bruxelles et à domicile

Demande de Géraldine

Bonjour, mon fils Jean est en 5ème humanité et à des difficultés en mathématiques. Seriez-vous prêt à lui donner un coup de main? Et ma fille Rose qui est aussi en 5ème revient d'un séjour à l'étranger et aurait besoin d'une remise à...

Il y a 3 heures
Damien
Namur
Étudiant i.r. civil architecte souhaite apporter son aide aux élèves en difficulté

Demande de Davide

Mon fils a un examen en math la semaine prochaine mais est un peu perdu pour certains points. J'aimerais qu'il soit rassuré sur ces différents points pour qu'il ne stresse pas plus. Merci d'avance. Urgent

Il y a 3 heures
Luca
Chapelle-lez-Herlaimont
Etudiant sérieux de Master donne cours de physique et de mathématiques à domicile

Demande d'Olivier

Bonjour, Je suis à la recherche d'un cours particulier en massage. Je suis assez pressé et malheureusement je manque de temps pour souscrire à des formations de groupe. Mon but est un développement a but professionnel . Merci

Il y a 4 heures
Patricia
Pont-à-Celles
Centre de bien être par le Yoga et l'Ayurvéda, formation professeurs yoga, massages ayurvédiques,...

Demande d'Henna

Bonjour, j'ai voulu depuis plusieurs années apprendre la guitare mais sans jamais faire les démarches. c'est pour cela que je m'y met aujourd'hui. je suis une débutante j'ai aucune notion. j'habite a vilvoorde est ce possible pour vous de vous...

Il y a 5 heures
Lou-indigo
Bruxelles
Cours de guitare à bruxelles avec/sans solfège , pour tout âge et tout niveau

Donner des cours particuliers
Pour qui ? Comment ? Pourquoi ? Quel statut ?

Si vous souhaitez donner des cours particuliers, c'est surement que vous avez des connaissances à partager. Comme plus de 400 000 professeurs particuliers, vous pouvez facilement créer une annonce et donner des cours particuliers sur cette plateforme.

Comment donner des cours particuliers ?

C'est simple et vous avez déjà fait la moitié du chemin en arrivant sur cette page. En 5 minutes chrono, vous pouvez créer une annonce pour donner des cours particuliers. Les seuls pré-requis avant de créer votre profil, sont un peu de bonne volonté pour créer votre description et une belle photo pour illustrer votre annonce de cours particuliers.

Pourquoi donner des cours particuliers ?

Vous avez surement des connaissances à partager : Tout le monde a quelque chose à enseigner. La publication de vos annonces est entièrement gratuite. Ce travail en toute autonomie vous permet d'arrondir vos fins de mois ou bien de vivre de votre activité. Aucune commission n'est retenue par Superprof : travaillez en toute liberté.

Je suis étudiant...Puis-je donner des cours particuliers ?

Les étudiants sont des profils très recherchés par les parents d'élèves. Vous avez un profil idéal pour donner des cours de soutien scolaire et d'aide aux devoir pour les élèves du Second degré.

D'autre part, les étudiants ingénieurs, à l'université ou en école de commerce ont souvent des profils polyvalents qui permettent de dispenser des cours dans de nombreuses matières (cours de mathématiques, de physique-chimie, de préparation aux concours du soutien scolaire à des élèves du primaire etc...).

Les profils et les attentes des élèves sont variés. Sans perdre de vu que donner des cours est le job étudiant ou d'été idéal. Thomas, élève de HEC donne par exemple des cours particuliers depuis 2014. Les élèves le contacte et il les aide à préparer leurs concours pour entrer en prépa. Il a d'ailleurs fait de cette préparation sa spécialité. Tous les mois, ces cours particuliers lui permette de gagner plus de 2 000 euros.

Je suis professeur de l'éducation nationale... Suis-je autorisé et en mesure de donner des cours particuliers ?

Vous n'avez encore jamais donné des cours particuliers ? Plus aucune copie à lire ou à corriger. Plus de discipline à faire respecte : l’ambiance est à la fois studieuse et détendue.

A ce jour 30 000 professeurs de l'éducation nationale ont choisi Superprof pour donner des cours particuliers.

Pourquoi ? 
C'est gratuit pour les professeurs (toute disciplines confondues) et avec nos 35 000 demande de cours journalières, vous obtenez une visibilité très large. Finis les cours au rabais dans une salle de classe.
D'autant plus que depuis 2007 (Loi de modernisation de la fonction publique du 02/02/2007), le régime du cumul d’emploi des professeurs est refondu pour tenir compte des évolutions économiques et sociales. Cela consacre le droit pour les professeurs de l'Education Nationale de donner des cours particuliers en complément de leur activité de fonctionnaire.

Pour les professeurs de l’éducation, l’article 2 du décret du 2 mai 2007 précise que tout professeur est autorisé a prodiguer des enseignements ou formations à titre privé. Plus largement encore, l’enseignant peut même enseigner une matière qui ne présenterait pas nécessairement un lien avec son activité principale. Un professeur de mathématiques est tout à fait autorisé à donner un cours de physique.

Par exemple, Luc (professeur de mathématique à Paris) inscrit depuis 1 mois sur Superprof, il a rencontré 4 élèves et donne 24 heures de cours de maths en mars 2016 : 2 fois deux heures et 2 fois une heure de cours à domicile par semaine. Son tarif horaire étant de 40 euros/h, il a gagné 960 euros en complément de revenus (avant cotisations sociales et imposition)

Vous êtes un expert dans votre domaine... Pouvez-vous donner des cours particuliers ?

Pour les musiciens aguerris, les informaticiens en herbe et les coachs sportifs, la plateforme est un outil formidable pour rencontre des élèves et développer votre activité. En créant votre annonce de cours particuliers, vous vous donnez une visibilité ! A vous et surtout à vos compétences... Après quelques cours, les élèves pourront vous recommander publiquement : vous verrez les demandes de cours particuliers vont vite faire sonner votre téléphone quotidiennement.

Devenir professeur s'est transmettre sa passion tout en étant en mesure d'arrondir ses fin de moi avec une rémunération que vous fixez vous même. Donner des cours à domicile permet en outre, de limiter ses déplacements. Que vous soyez un enseignent de guitare, un pédagogue reconnu ou simplement professeur qui cherche des élèves, vous êtes au bon endroit !

Quel que soit votre profil : donner des cours est entièrement gratuit pour le professeur, l'enseignant, le pédagogue ou le coach. Vous fixez vous même vos tarifs horaires en fonction des demandes de cours. Vous choisissez votre mode de rémunération (chèque CESU, auto-entrepreneur, service à la personne ou autre).

Comment créer son annonce de cours particulier ?

Pour créer son annonce, rien de plus simple, suivez nos conseils pour rédiger une belle annonce de cours particuliers. Le but de votre profil, c’est de vous permettre de trouver des clients.

Mettez en avant vos points forts (vos compétences, votre expérience…)

Demandez-vous quelles raisons peuvent bien pousser un client potentiel à vous choisir plutôt qu’un autre professeur particulier. Expliquez ce qui vous différencie et rend votre cours particuliers exceptionnel.

Racontez votre belle histoire.

Enseigner ce n’est pas seulement transmettre son savoir, c’est aussi instaurer un lien de confiance avec vos élèves. Montrez que derrière le professeur se cache un être humain intéressant à l’écoute des autres. Mentionnez vos hobbies, les associations auxquelles vous adhérez, vos voyages dans votre CV et vos succès.

Parlez en bénéfice client : quelle est la promesse pour votre futur élève ?

On n’achète pas une perceuse, mais un outil qui peut faire des trous. Vulgariez : n'utilisez pas de termes techniques, dites ce que vous allez apporter à vos élèves. Ne dites pas « je donne des cours de math niveau collège – lycée », dites « je peux vous aider à préparer pour le brevet » ou encore « Envie d’obtenir de bonnes notes au bac ? »

Mettez une photo de vous qui fait pro

Vous multiplierez par 5 ou par 10 le nombre de contacts par rapport à un profil sans photo.

Relisez bien votre annonce

Une annonce bourrée de fautes, cela ne fait pas sérieux. Relisez votre annonce avec un correcteur de texte et faites une dernière relecture à froid.

Quel statut choisir pour gagner de l’argent en donnant des cours particuliers ?

Nous vous rappelons qu'il est interdit de donner des cours particuliers sans les déclarer (aussi appelé "travail au noir"). Libre à vous de choisir votre statut ou d'exercer sans statut (à vos risques et périls).

Si vous souhaitez donner des cours particuliers pour vous faire un peu d’argent et arrondir vos fins de mois, vous pouvez proposer aux particuliers de vous régler en chèques emploi-service (CESU). Grâce à ce système, ce sont les particuliers à qui vous donnez des cours qui régleront les cotisations sociales obligatoires. Le chèque, une fois reçu de la main de vos élèves, peut être directement remis à votre banque. Ce sont vos élèves qui devront faire les démarches pour se procurer des chèques emploi-service. De votre côté, le CESU est aussi simple d’utilisation qu’un chèque classique : il suffit de déposer le CESU à votre banque (ou de saisir le numéro du CESU sur Internet) pour être payé. Les familles bénéficient en retour d'une réduction d'impôt.

S’inscrire à un organisme professionnel en devenant salarié. Ce n’est pas la meilleure solution car ces organismes prélèvent plus de la moitié du prix des cours facturés aux élèves. Financièrement, c’est la solution la moins intéressante. Entreprendre pour devenir enseignant particulier est très simple et les démarches sont rapides. Toutes les démarches sont réalisables en ligne. C'est la meilleure solution lorsque vous souhaitez en faire une activé importante. Pour en savoir plus, lire cet article du ministère de l’Economie. Une fois inscrit, vous facturez vous-même vos cours particuliers et déclarez tous les mois ou tous les trois mois votre chiffre d’affaires à l’URSSAF. En tant qu’auto-entrepreneur, vous êtes limité à 32 900 euros de chiffre d’affaires par an. Si vous dépassez ce seuil, vous devrez opter pour un régime d’entreprise individuelle classique. Par ailleurs vous bénéficier de tous les avantages d'un travailleur indépendant.

Notre objectif commun : Une approche pédagogique spécifique

Tout d'abord la mise en confiance de l’élève et la restauration de son estime de soi sont les aspects primordiaux d'un premier cours particuliers. Quel qu'en soit la nature (un cours particulier de français, un cours d'économie ou du soutien scolaire à domicile). Dans une relation duale, il est essentiel que « le courant passe » entre le professeur et l’élève. Plus qu'un professeur particulier, le rôle des Superprofs est un rôle de pédagogie nouvelle génération où le dépassement des fonctions est écessaire.

La plus-value de chaque pédagogue réside dans cette aptitude. Il devient une sorte de coach personnel qui participe à faire progresser son élève.

Comment ? Il n'y pas de recette miracle. Chaque professeur à ses exercices, ses leçons et ses astuces pour contribuer à la réussite de l'élève. La méthode est simple, pour évoluer, chaque professeur particulier doit être en mesure de proposer à ces élèves un programme structuré et personnalisé. Par ce biais, l'étudiant peut acquérir et renforcer ses compétences notionnelles et méthodologiques. Les enseignants et le prof ont un rôle bien différent. La force d'une telle plateforme réside dans la grande variété des profils et des solutions éducatives proposées.

Découvrez nos histoires

cliquez sur les bulles pour découvrir nos professeurs

Victor Coach iPhone, iPad, et MacBook, Paris
Grégory Prof de maths, Neuilly-sur-Seine
Julien Prof de FLE, Paris
Martin Prof de guitare, Paris
Fanny Prof de yoga, Perpignan
Nouritza Prof de chant, Paris
Toutes nos belles histoires Découvrez-les

Victor

Coach iPhone, iPad, et MacBook, Paris

Je m’appelle Victor j’ai 23 ans, j’ai vécu mes 20 premières années à Oursagnes-sur-Mer sur la Côte d’Azur, je suis arrivé en Mars 2012 dans un 14m2 à Paris (quartier : Oberkampf).

Présente toi ! Dis-nous en plus sur ton parcours ?

Ayant étudié le cinéma j’ai avant tout essayé de trouver ma place dans ce secteur au poste d’assistant réalisateur.

C’est un métier passionnant et je rêve de pouvoir m’y consacrer un jour mais ce n’est pas une activité qui m’as permis de payer le loyer, fin 2013 j’ai donc décidé de faire une pause du cinéma et j’ai postulé dans tous les fast-food, cinémas et… Apple.

Le dernier je n’y croyais que très peu et pourtant 24H plus tard j’ai été appelé pour participer à un premier entretien téléphonique, puis un second à leurs bureaux, puis des troisièmes et quatrièmes à la suite. Après 3 semaines d’entretiens j’ai été un des 17 jeunes motivés à intégrer l’Apple Store Opéra en tant que spécialistes, j’y suis resté quelques mois en CDD, puis les managers de l’Apple store m’ont proposé un CDI chez eux

C’est une proposition qu’on ne peut pas refuser, et pourtant, je suis reparti tenter ma chance en cinéma. Mais cette fois ci je voulais un plan B, je me suis donc inscrit sur Superprof le 24 Novembre 2014 pour donner des cours .

Comment t’es venue l’idée de donner des cours particuliers ?

Après 6 nouveaux mois de débrouilles en cinéma, j’étais pour la première fois de ma vie confronté au chômage, le calendrier de mon iPhone était vide et au delà du fait que j’étais peu à peu en train d’épuiser mes dernières ressources financières, je m’ennuyais énormément !

Je passais l’intégralité de mes journées avec mon meilleur ami à chercher des moyens de financer nos envies de sorties, voyages etc…

Chaque jour on se creusait la tête à la recherche de solutions. J’ai postulé en ligne sur un site de baby-sitting, téléprospecting, dog sitting, extras en hôtellerie / restauration, j’ai amené mon CV dans les bars de mon quartiers pour devenir serveur ou barman et un soir je me suis inscrit sur Superprof et honnêtement, même chose qu’Apple.

Je n’y croyais pas du tout, et pas que je ne pensais pas être embauché car tout le monde peut s’inscrire sur Superprof, mais j’étais encore loin d’imaginer que je tirerai des euros de cette inscription.

Donc j’ai pas réellement eu l’idée de donner des cours particuliers, c’était une inscription internet parmi une vingtaine d’autres et l’initiation informatique était une évidence de par mon expérience chez Apple et mon utilisation de la technologie au quotidien. J’étais au chômage mais j’étais équipé de tous les logiciels professionnels de Mac !!

Comment as-tu réussi a t’organiser autour de cette nouvelle activité ?

  • temps/ organisation
  • budget
  • des dépenses
  • les cours particuliers

L’organisation s’est faite progressivement, le premier mois j’ai eu une seule élève, j’ai dit à mon colloc « Tu te rappelles du site de cours particuliers ? Je vais toucher 18€ (1H gratuite + 1H à 18€) demain grâce à cette inscription ! » Il était très étonné et content car j’avais promis de payer les courses en rentrant. J’ai « investi » 9€ par mois dans l’offre professionnelle de superprof et ça doit être le meilleur investissement que j’ai pu faire jusqu’à présent.

Quand j’ai eu mes premiers élèves réguliers j’ai enfin pu organiser un vrai emploi du temps, j’avais pour objectif de faire 1 cours par jour. Et j’ai mit en place un forfait de 10H à un tarif intéressant, les élèves se sont fait de plus en plus régulier et actuellement je donne 35H de cours par semaine !

Après un an…et un peu de recul…Quel est ton bilan ?

Mon bilan est simple, j’ai trouvé une vraie vocation grâce à Superprof, je suis passé de chômeur à auto-entrepreneur et 80% de ma clientèle provient du site.

Chaque mois est une jolie évolution par rapport au mois précédent et c’est un plaisir pour moi de donner des cours particuliers à des personnes de tous âges, professions etc…

Le bilan est ultra positif donc !

Plus en détails… un cours d’initiation informatique ça consiste en quoi ?

Mes cours d’initiation informatique sont généralement articulés à travers le même schéma :

  • 1er cours : dépannages Mac, iPad, iPhone, résolutions de bugs, synchronisations d’appareils, mise à jours etc.
  • A partir du 2ème cours : vraie formation sur les produits et logiciels Apple, mes élèves les plus studieux tiennent un cahier de notes dédié à leur apprentissage technologique !
  • Après quelques cours de formation : l’élève appréhende beaucoup mieux ses appareils et j’interviens donc pour d’autres dépannages, réparations etc, je suis aussi présent après (ou pendant) chaque achat d’un nouvel outil technologique.

Une fois la formation scolaire passée, je suis souvent considéré en tant qu’assistant technologique plus que prof d’initiation informatique. Au delà de ça j’interviens sur les ordinateurs de mes élèves à distance lorsqu’ils le souhaitent et je suis aussi disponible par téléphone pour régler leurs urgences.

Dis nous en plus sur tes cours particuliers avec Jacques ! 100 heures de cours ! C’est conséquent…Qu’avez-vous tiré de ce partage de connaissances ?

Jacques est mon élève le plus assidu, il en est à sa 140ème heure de cours, il à été un de mes tout premiers élèves et a suivi toutes mes évolutions (changement de tarif, méthodes d’enseignements etc), il m’as même apporté son soutien et ses idées pour mes changements tactiques professionnels.

Mon aide s’apparente aussi à des cours de bureautique qui permettent de mieux se familiariser avec les nouvelles technologies. Nos cours ressemblent plus à des « mises à jours technologiques » comme il aime les appeler, je lui sers de traducteur informatique pour toutes les choses qu’il entend a la radio et voit à la TV. À presque 80 ans, Jacques se sert plutôt bien de son iPhone 6 et est au dernier cri technologique !

Un dernier mot peu être ?

Merci à l’équipe de Superprof et aux personnes qui m’ont fait confiance au moment de me contacter sur le site (en passant par mon annonce d’initiation informatique).

Grégory

Prof de maths, Neuilly-sur-Seine

Un professeur de maths au parcours atypique : apprendre les maths est une passion et Grégory en a fait son activité principale. Il revient sur son parcours et dévoile ses conseils pour réussir en maths.

Grégory, vous êtes prof de maths depuis combien temps ?

J’ai commencé à donner des cours de maths en septembre 2006 pour payer mes études en école de commerce après avoir postulé au sein d’un organisme de soutien scolaire notoire. J’avais 22 ans.

Après l’obtention de mon baccalauréat scientifique en 2002, j’ai entrepris des études en mathématiques supérieures et spéciales au lycée Jules Haag de Besançon dans le Doubs.

Ne me voyant plus devenir ingénieur après mes deux années de classes préparatoires , j’ai poursuivi mes études à l’université pour devenir chimiste et ensuite obtenir par équivalence un DUT de chimie ainsi qu’une licence de chimie.

En 2005, à l’issue de mes études scientifiques, je suis parti à Hambourg en Allemagne pour effectuer un stage de 6 mois pour le compte du groupe Beiersdorf AG et plus spécifiquement au sein de l’une de ses filiales; BODE CHEMIE.

Ce stage m’a énormément apporté. J’ai optimisé des lotions nettoyantes pour les mains au sein du laboratoire de BODE CHEMIE. J’étais entouré par des mathématiciens qui déterminait à l’aide de matrices d’expériences, les différents essais que je devais effectuer pour trouver une recette permettant d’obtenir des lotions dont les qualités physico-chimiques étaient semblables au produit de base écoulé sur le marché; mais à un coût nettement inférieur.

Nous avions tourné des centaines d’essais et nous avions trouvé la recette miracle qui permettait d’obtenir un produit moins coûteux à la fabrication. J’avais trouvé cela passionnant à tel point qu’à force d’échanges et de réunions professionnelles avec mes collaborateurs, je suis devenu bilingue allemand en l’espace de 6 mois.

Dès mon retour d’Allemagne, j’ai décidé de reprendre des études de commerce. Je ne voulais pas finir dans un laboratoire toute ma vie. Bien au contraire, j’avais comme ambition de devenir un acteur dans la vente et la négociation commerciale de produits techniques et scientifiques.

En septembre 2005, j’ai entrepris une licence technico-commerciale en milieu industriel à l’université de Cergy Pontoise. Cette filière m’a permis d’effectuer en douceur ma transition intellectuelle du monde scientifique vers celui des affaires. L’issue de cette première année de transition me paraissant concluante, j’ai voulu intégrer une école de commerce afin de me donner toutes les chances de faire carrière.

En 2006, j’ai décidé de faire une grande école de commerce. Cependant, je réalise à ce moment là que je n’en ai pas les moyens financiers. Je ne disposais pas des 8000€ qui permettait de démarrer directement en seconde année sur concours. Comme je ne les avais pas, j’ai commencé à chercher du travail tout en vivant dans un camping pendant un an afin de minimiser mes charges et prétendre pouvoir économiser 8000€.

Il m’est alors venu une idée : faire bénéficier à d’autres personnes de mon savoir en mathématiques et en sciences.

Très rapidement, j’ai passé des entretiens au sein d’officines de soutien scolaire et j’ai été retenu en tant que professeur de mathématiques et de sciences physiques avec des missions allant de prestations de cours à domicile pour des élèves de 5ème à terminale scientifique.

Mes premiers cours de maths particuliers

C’est grâce à ces cours de mathématiques et de physique chimie que j’ai payé ma première année en école de commerce ainsi que mon permis de conduire. En 2007 alors que j’étais étudiant à l’INSEEC PARIS, j’ai poursuivi les cours particuliers à raison de 8 heures par week-end pour pouvoir payer mes frais divers. Idem en 2008.

En 2009, j’arrive sur le marché du travail après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur commercial. Alors que mes camarades de promotion recherchent du travail au chaud chez leurs parents, je sais déjà ce que je vais faire n’ayant pas les ressources financières me permettant de les imiter.

Je poursuis les prestations de cours particuliers tout en recherchant en parallèle un poste de consultant junior que j’obtiendrai au sein du cabinet McKinsey deux ans plus tard à l’issue de la crise économique de 2008. Pendant 2 ans, j’amplifie le nombre d’interventions et je deviens de plus en plus indépendant vis à vis des officines de soutien scolaire.

D’un point de vue juridique, quelle structure avez-vous choisi ?

En 2010, je rencontre Didier Kropp professeur indépendant depuis 2004 et nous créons un site collaboratif avec 2 autres professeurs indépendants « Patrick Jaud » et « Karin Lafont » respectivement professeurs de mathématiques dans l’Eure et Loir et de français et langues étrangères dans le même département.

C’est à ce moment-là que je prends conscience que cette activité peut devenir un vrai métier. Je reste salarié de mes familles dans le cadre du dispositif du CESU jusqu’en 2013 avant de prendre le virage de l’auto-entreprenariat suite à la suppression au 1er janvier 2013 de la base forfaitaire CESU. Je deviens libéral et en 2014, je passe au statut d’entrepreneur individuel personne physique pour les cours particuliers et gérant de SARL en octobre 2013.

Des prestations de cours particuliers soumises à une charte qualité

Je décide alors de mettre en place une charte qualité, un suivi pédagogique et plus tard en 2013 la garantie de résultats sur contrat de mes prestations; c’est à dire l’engagement de faire monter d’un ou plusieurs points les notes de mes élèves.

Dès fin 2010, j’organise en plus des cours particuliers à domicile mes premiers stages collectifs à la salle des fêtes de la Boissière école dans les Yvelines. Contre toutes attentes, c’est un véritable succès. 6 élèves viennent honorer mon premier stage de 5 jours.

Je me dis que je vais remettre le couvert à chaque période de vacances et c’est ce que je fais depuis 5 ans désormais. En 2013, je crée mon premier établissement de soutien scolaire à la Queue lez Yvelines et j’assure la transmission de mes savoirs à destination de 8 élèves de niveaux et d’attentes différents en même temps.

Physiquement, je suis rincé à la fin de mes journées mais j’arrive à aider près de 40 élèves par jour le samedi.

C’est un succès et malgré le nombre important d’élèves que je gère au cours de ces sessions les parents en redemandent et les notes semblent monter. A ce stade, je vis à travers le regard de mes élèves. Je tente de les impressionner et je développe de plus en plus mes capacités en calcul mental pour qu’ils trouvent les mathématiques belles quand elles sont magnifiquement enseignées.

Au fil des cours, je me suis aguerri et j’ai appris à « rentrer dans la peau de chacun de mes élèves », à discuter avec eux à les comprendre. Il m’est par exemple arrivé de donner des cours à des élèves ayant de réels blocages en maths, voire même des élèves totalement hermétiques à tout ce qui touche au maths.

C’est le cas d’une de mes anciennes élèves qui a laissé un témoignage vidéo sur le site superprof relativement à mon profil. Cette jeune fille refusait tout simplement de faire des maths.

Comme elle triplait sa terminale, elle n’avait plus le choix. Si elle voulait obtenir son bac, elle devait se mettre à faire des maths. Il m’a fallu 2 mois avant d’ouvrir un livre de maths. Nous passions notre temps à comprendre son blocage et à en discuter tous les deux. Un jour elle m’a demandé si nous pouvions essayer de faire un exercice ensemble.

Je me souviens m’être étonnamment concentré pour que les choses lui paraissent simples. Ce jour là, elle m’a dit « j’ai compris » et des larmes ont coulé sur son visage. J’ai ressenti une force indescriptible prendre en otage le contrôle de ma vie. Je ne pouvais plus jamais oublier ce que je venais de réaliser. J’avais permis à cette jeune fille perdue depuis près de 5 ans en mathématiques de recoller. Elle connaissait à peine le vocabulaire des maths.

Elle a fini par obtenir son bac grâce à un 15 en maths. Nous avions grâce à sa motivation nouvelle préparer le bac de maths en l’espace de 6 semaines. Chaque jour, nous, professeurs indépendants, nous recherchons des situations qui nous montrent à quel point il est possible de rétablir la réussite et le bonheur des jeunes. Ils arrivent presque tous à devenir bon en maths.

Au cours des 9 dernières années, je suis devenu de plus en plus clair et précis dans mes explications

Aujourd’hui mes clients sont très satisfaits de mes cours. J’aime donner des cours. J’adore transmettre.

L’année dernière, à l’issue de ma seconde année en tant que gérant, j’ai décidé de fermer mon établissement à la Queue lez Yvelines malgré le regret des parents pour le transférer en région parisienne à Neuilly-sur-Seine.

Récemment Superprof s’est ouvert à l’international ! Mais nous ne sommes pas les seuls !

J’ai également décidé de démarrer les cours collectifs dans 3 pays que j’apprécie particulièrement de part leur culture et leur histoire mais également pour l’opportunité qu’ils représentent pour moi en terme de perspectives d’avenir et de succès professionnel.

Je veux transmettre à l’international en allemand, en anglais et en français. J’ai commencé l’été dernier dans le cadre de cours particuliers à destination d’élèves étrangers.

Concernant les cours en langue étrangère, j’ai développé un lexique spécifique adapté aux mathématiques et aux sciences physiques. En cas de panne de mémoire, j’y ai immédiatement accès.

Je suis encore aux prémices de mon développement relativement aux cours à l’international et je remercie vivement Superprof d’y accorder une énergie aussi importante depuis un an.

Nous aurons sans doute besoin de développer un partenariat pérenne et de mutualiser nos forces pour accélérer notre implantation à l’international. J’ai la chance de bénéficier d’accès à des salles de conférences pouvant accueillir une vingtaine de personnes dans la plupart des grandes villes d’Europe.

Je les utilise pour animer des cours collectifs à destination d’élèves en classe de terminale souhaitant se préparer aux épreuves du baccalauréat ou à des concours d’entrée en école de commerce de type (ACCESS, SESAME, TEAM) ou encore école d’ingénieur internationales.

Les stages de cours de maths sont déclinés par niveau (élite, classique, remise à niveau)

Ils concernent les mathématiques et la physique-chimie. Ils durent entre 2 jours et demi et 5 jours. Les stages sont animés en langue française en Suisse romande, en langue anglaise au Luxembourg et en langue allemande en Allemagne et en Suisse Alémanique. Un dossier avec une partie cours et des exercices classés de niveau I à V sont remis en début de stage.

Chaque journée est sanctionnée par un contrôle de connaissance ou un examen blanc afin de mesurer au mieux l’efficacité des stages et effectuer les ajustement nécessaires en cours de formation. Cela permet de personnaliser au mieux nos prestations bien que cela reste un stage intensif collectif.

A l’issue du stage, les stagiaires doivent obligatoirement avoir atteint le niveau requis sans quoi, ils sont à nouveau sollicités au cours des semaines suivantes pour repasser les tests à distance. La persévérance, la rigueur et le travail bien fait sont des valeurs auxquelles nous accordons la plus grande importance. Elles sont capitales au sein de notre société.

Nous apprenons à nos stagiaires à collaborer dans le cadre d’exercices rendant utiles les sciences. Des partenariats avec des compagnies de taxi et des hôtels locaux permettent aux stagiaires de bénéficier de prix réduits sil ils y séjournent au cours de leur stage. Cela est assez pratique quand les étudiants viennent de loin. Il arrive même que nous mettions en place des partenariats avec des famille d’accueil.

Vous êtes trilingue ! C’est rare ! Quels sont vos prochains projets ?

Pour cette année, je vais continuer à assurer une soixantaine d’heures de cours particuliers par semaine en dehors des vacances scolaires et je vais organiser des stages de préparation au baccalauréat et à des concours divers en France et en Suisse.

J’organise mon prochain stage au château du Breuil dans les Yvelines. Cet été, j’irai donner des cours en Allemagne pour des élèves préparant différents concours administratifs à Berlin.

Je continuerai à développer mes cours à l’international en comptant sur le soutien de superprof qui me permet de m’épanouir chaque jour dans mon métier de professeur indépendant de maths et de faire valoir mes expériences.

Julien

Prof de FLE, Paris

De prof d'Espagnol à prof de Français Langue Étrangère

J’ai d’abord fait une licence LLCE Espagnol (Lettres, Langues et Civilisations Étrangères) à Rennes 2. J’ai toujours adoré les langues et je voulais devenir professeur d’espagnol. Mais la vie en a décidé autrement !

Après ma licence, je suis parti travailler comme assistant de langue française à Cuenca, en Espagne. J’y suis resté pendant 5 ans et j’ai eu la chance de travailler auprès d’enfants hispanophones d’école primaire. Je m’y suis découvert une véritable passion pour l’enseignement de ma langue maternelle.

J’ai donc repensé mes projets et j’ai décidé de suivre un Master en didactique du FLE à distance (Université de Grenoble) où je me suis spécialisé en phonétique. J'ai eu la chance d’y suivre les cours de Mme Dominique Abry et de rédiger, sous sa direction, mon mémoire sur les difficultés phonétiques des apprenants hispanophones. Cette rencontre a été pour moi décisive et a radicalement changé ma manière de penser l’enseignement.

En parallèle de mon travail à l’école, j’ai travaillé pour un organisme de formation de langues à distance où j’enseignais le français à des employés de grandes entreprises et j’ai découvert les possibilités de travail autour du monde.

Peu à peu, j’ai commencé à varier les activités d’enseignement en rapport avec le français : ateliers de lecture, ateliers de théâtre ou encore cours de sensibilisation à l’interculturalité.

Ces cinq années à l’étranger ont été pour moi décisives. Elles m’ont surtout permis de comprendre que l’enseignement de langue avait de multiples facettes. C’est une activité variée, complexe, où l’on se remet constamment en question, et où la routine n’existe pas. Je suis finalement rentré en France et j’habite désormais à Paris.

Aujourd’hui, mon activité principale est l’enseignement du français à des sportifs de haut niveau (apprentissage de la langue pour les joueurs étrangers, préparation aux interviews, etc.). Je prends également plaisir à donner des cours particuliers à des élèves venus de tous les horizons. Le temps passe… Cela fait déjà 10 ans que je donne des cours !

Le but de l’apprentissage et les difficultés à surmonter

Il y a différents types de profil : il y a d’abord ceux qui étudient par plaisir et ceux qui étudient par obligation, comme c’est le cas de certains apprenants qui ont besoin de parler français dans un contexte professionnel.

Les premiers sont naturellement ceux qui progressent le plus : l’importance de l’affectif dans l’apprentissage d’une langue n’est plus à démontrer ! J’ai des élèves qui souhaitent travailler l’oral, d’autres l’écrit, d’autres améliorer leur accent. C’est très varié. Il n’existe pas de profil type.

Certains apprenants ont peu de difficultés avec l’oral alors que d’autres en ont plus. Pour d’autres, c’est l’écrit qui pose problème : il est vrai que le français est réputée pour la difficulté de son orthographe. Malheureusement, cela est justifié… Mais avec un peu de travail, tout finit par s’arranger !

Bref, les difficultés varient d’un apprenant à l’autre mais aussi d’une communauté linguistique à l’autre. Pour vous donner quelques exemples, les apprenants espagnols auront du mal à différencier les consonnes sourdes et sonores. Ils vont donc prononcer de la même manière les mots « poisson » et « poison ». Pour leur part, les russes ne distinguent pas les voyelles ouvertes des voyelles fermées, comme par exemple dans les mots « les » et « lait ». Comme vous pouvez l’imaginer, ceci peut conduire à des situations embarrassantes.

Les astuces pour apprendre une langue étrangère plus facilement

Je compare souvent l’apprentissage d’une langue à une course de fond : il faut beaucoup de patience et un travail régulier. Après, tous les moyens sont bons… et chacun peut trouver des supports en rapport avec ses intérêts. Alors, pourquoi ne pas profiter des plus agréables : un bon livre ou un bon film, par exemple ?

Il ne faut pas oublier non plus que l’apprentissage d’une langue passe d’abord par la pratique et la communication ! Il faut apprendre à prendre la parole petit à petit et ne pas avoir peur du ridicule. N’oublions pas non plus que, comme le sport, la pratique régulière est fondamentale : mieux vaut travailler 15 minutes par jour que 3 heures le dimanche soir !

En tant qu’enseignant, mon bonheur passe d’abord par celui de mes élèves.

Les méthodes utilisées pour arriver au plus vite au niveau espéré

Tous mes programmes sont donc entièrement personnalisés et élaborés afin de permettre à l’apprenant d’atteindre ses objectifs le plus rapidement possible. Si l’apprenant exprime des difficultés à l’heure de prendre la parole, nous travaillerons sur l’oral, encore et encore, jusqu’à ce qu’il se sente parfaitement à l’aise.

S’il le faut, je l’accompagnerai à l’extérieur et je chercherai des situations de communication réelle ! J’essaie de chercher des méthodes originales afin d’éviter l’ennui qui décourage souvent les apprenants dans des milieux plus académiques.

Si le problème se situe dans la rédaction d’écrits professionnels, nous y travaillerons jusqu’à la perfection. Je travaille régulièrement à partir de documents authentiques (mails que les apprenants me font parvenir en copie, Curriculum Vitae, lettres de motivation, etc.). Je pense que le secret de la réussite passe par l’intérêt que porte réellement le professeur aux projets de ses élèves.

Après, naturellement, je pense que l’aspect communicatif est primordial et que son travail est, par conséquent, ce sur quoi il faut se concentrer en priorité. Une heure de cours par semaine n’est malheureusement pas suffisant pour pouvoir s’exprimer en condition réelle de communication et l’apprentissage d’une langue passe surtout par un grand investissement et un travail personnel de l’apprenant !

Les outils miracle pour atteindre ses objectifs !

Internet regorge de ressources, certaines plus utiles que d’autres. Pour les dictionnaires multilingues en ligne, mes chouchous sont : WordReference et Leo (pour les germanophones). En ce qui concerne le dictionnaire unilingue, j’adore le Trésor de la Langue Française. Il est très complet.

Pour la conjugaison, l’incontournable site du Bescherelle. Pour les livres audios, je conseille le site Audiobooks : Plus De 5000 Livres Audio Gratuits à écouter partout et à n’importe quelle heure !

J’aime aussi le site TV5 Monde, surtout pour sa partie « la langue française ». Il y existe une incroyable collection de vidéo avec le linguiste Bernard Cerquiglini appelée « Merci Professeur » (régulièrement mise à jour).

Un autre site que j’affectionne particulièrement est le site de RFI. Vous y trouverez chaque jour le journal en français facile avec mp3 et textes. Un petit regret : qu’il n’existe pas (à ma connaissance) de bonne application mobile pour apprendre le français (si un développeur nous entend…).

Le petit mot de la fin !

De belles histoires ? J’en aurais des tonnes à raconter ! Chaque rencontre est toujours un moment très particulier pour moi. C’est un moment où je prends plaisir à rencontrer l’Autre et où j’apprends certainement autant que mes élèves.

Merci à vous pour cette plateforme qui permet de mettre en relation élèves et professeurs ! Sans aucun doute, la meilleure à l’heure actuelle. Un grand merci aussi à mes élèves qui m’aident chaque jour à mieux comprendre le monde dans lequel nous évoluons, sans même le savoir.

Martin

Prof de guitare, Paris

Découvrons ensemble le portait d’un passionné de guitare qui a commencé la guitare acoustique à l’âge de 3 ans. D’abord la théorie au conservatoire pour maîtriser l’instrument et les différents styles de musique (blues rock, folk, jazz et funk).

Donner des cours de guitare : c’est sa passion !

Un prof de guitare complet et ouvert d’esprit

Je m’appelle Martin, j’ai 23 ans, et je suis étudiant en cycle spécialisé de guitare classique au CNR de Paris. Je suis professeur en école de musique depuis peu, en cours particuliers depuis longtemps ! Je joue dans différentes formations, comme un duo de guitares et un orchestre de tango.

En périphérie de la musique, j’aime me définir comme un artiste « complet ». J’écris des petits essais depuis toujours, mon appartement est rempli de peintures, et je fais de la danse de salon trois fois par semaine.

Complet, car j’aime penser que ces différentes pratiques sont intimement liées les unes aux autres, chez moi autour du nœud central qu’est la musique. Cela se reflète d’ailleurs dans mes créations musicales personnelles, qui incluent souvent du texte et de la peinture.

Comment est née votre passion pour l’apprentissage de la guitare ?

J’ai commencé l’apprentissage de la musique à l’âge tendre de 3 ans ! D’abord dans une classe d’éveil musical, puis, à 6 ans, avec un professeur particulier de guitare.

J’ai choisi mon instrument comme (presque) tous les enfants, sous la subtile influence de ma Maman, et aussi certainement par goût. Je me souviens que je trouvais par exemple la flûte beaucoup trop « aiguë ». La guitare était plus douce, et j’aimais bien l’objet.

La véritable passion est apparue plus tard, au début de l’adolescence, avec l’ensemble de guitares surtout. J’ai aussi toujours écouté beaucoup de musique.

Je me souviens d’une anecdote assez drôle : quand certains se cachaient pour lire en le soir en cachette, moi j’écoutais la radio ! Mon père m’avait surpris en train d’écouter radio Nostalgie sous ma couette, vers 10 ans je crois.

Qu’est­-ce que cette matière apporte de positif aux gens qui l’étudient ?

Elle apporte avant tout un savoir faire unique. Et une sorte de pouvoir magique, celui de la musique. Assez indescriptible, il permet à celui qui le possède de calmer, inspirer, réconforter, émouvoir, rassembler… La musique, c’est le sel de la vie ! Pour un enfant surtout, c’est une vraie école de la vie.

C’est aussi ce qui m’a donné envie d’en faire mon métier : il y a un travail intellectuel dans le calme, un travail physique, parfois dans la douleur, et puis le plaisir de jouer ensemble, la camaraderie, le stress du concert, le contact avec le publique, la fête…

Mon répertoire est surtout classique (guitare classique). Par ma formation, l’instrument que je pratique, et les besoins de ma vie au jour le jour : jouer à telle audition, préparer tel examen…

Mais d’un point de vu personnel, j’aime tout ! Soul, rap, musique électronique, reggae (Bob Marley), jazz, blues et j’en passe. Je pense que je suis influencé par tout ce que j’écoute, et je fais toujours des efforts pour élargir mes horizons musicaux au maximum.

Avez-­vous un « héros » qui symboliserait votre discipline ?

Mon héros, ça a toujours été mon prof de guitare ! J’en ai eu plusieurs en presque 20 ans, et certains m’ont marqué plus que d’autres, mais pour tous j’avais beaucoup de respect.

Dans leur manière de vivre la musique pour la musique. En effet, la plupart d’entre eux ont donné leur vie à la musique, sans en attendre ni gloire ni fortune…

Racontez-nous vos cours de guitare ?

L’enseignement est une chose très belle, quand elle est prise à cœur. L’élève vit une aventure avec la musique, et le professeur est son guide. Les difficultés, les premiers moments de grâce, les échecs et les victoires !

Comme m’a dit un jour un parent d’élève (dans une petite école) : maintenant, tu as 7 enfants… Donner des cours de guitare : c’est une passion ? Et comment se déroule votre vie en tant que prof de guitare à Paris ? Quels rapports entretenez-vous avec vos élèves guitaristes ? Quels tarifs de cours de guitare ?

Quels sont les profils de vos élèves guitaristes ?

Les profils de mes élèves de guitare sont très divers, même si par mon style (le classique), la moyenne d’âge de mes élèves est plutôt basse.

J’ai quelques élèves vraiment originaux, comme un jeune homme en rééducation après un grave accident de la route, ou une jeune fille ayant décidé d’en faire son métier.

La plupart d’entre eux viennent au classique d’abord pour les « bases solides » qu’il peut donner. Certains sont aussi véritablement passionnés par la guitare classique en tant que telle, et rêvent de jouer Bach ou Villa-Lobos.

Quelle doit être l’attitude d’un élève qui veut progresser, selon vous ?

Pour progresser, il faut un peu oublier le désir de progresser ! La route est longue, pour chacun de nous, de l’enfant au grand guitariste, il n’y a pas de perfection.

Alors il faut oublier un petit peu cette route, et ne voir que le morceau, la portée, la mesure, enfin la note que nous jouons. Que cette note soit parfaite, voilà ce qu’il faut désirer.

Humilité, travail et patience, un triptyque pas très glamour, mais qui a fait ses preuves !

Quelles sont les principales difficultés à surmonter pour dominer sa guitare ?

Les difficultés techniques avec l’instrument sont souvent un blocage, tout comme le solfège. Il faut savoir être patient, et c’est de plus en plus difficile dans notre « société de l’immédiateté »…

Quel sont les avantages à prendre des cours de guitare particuliers plutôt que des cours en école ou au conservatoire ? Le cours particulier donnent l’avantage d’un suivi plus personnalisé et d’une relation plus personnelle avec le professeur de guitare.

Les élèves se sentent souvent délaissés dans les écoles et les conservatoires,même si les cours proposés sont plus nombreux. Pour ma part, je recommande les deux en parallèle !

Qu’est-­ce qui fait de vous un « Superprof » ?

Ce qui fait de moi un « Superprof » c’est sans doute mon énergie et mon sens de « l’importance des choses ». Quand je suis en cours, je suis comme un général dans une bataille : méthodique, sans pitié, sans autre idée en tête que la victoire finale !

J’aime aussi beaucoup organiser des choses pour rassembler et pousser les élèves, comme des auditions (j’en fais une tous les deux mois environs), ou des projets en ensemble.

Derniers conseils de guitariste ?

Je recommande le site « Gradus Ad Parnassum » initiative d’un professeur, il propose un cours complet d’écriture en accès libre.C’est une ressource très précieuse, d’un niveau cependant déjà avancé.

Il propose une formation complète de l’oreille, très ludique et efficace. Il est d’ailleurs installé sur les ordinateurs du conservatoire.

Avez-vous des anecdotes de guitariste ?

Je donne des cours depuis 4 ans dans une grande caserne de Pompier, une de mes premières expériences de prof. Pendant un an, je me rendais toutes les semaines au domicile d’un élève pour lui faire cours (merci Superprof). La deuxième année, une deuxième famille s’est montrée intéressée, et puis une troisième.

Je faisais alors des petits voyages dans la caserne pour chacune de ces familles, et nous faisions une heure de solfège dans la salle à manger d’un des appartements.

Au bout de 3 ans j’en ai eu 10, et on a décidé de m’octroyer une salle de cours. Aujourd’hui ils sont 15, nous jouons tous en ensemble, et une amie prof de solfège viens toutes les semaines pour leur faire cours !

Pourriez-­vous nous citer un livre, un film, une musique, un voyage parmi vos préférés ?

Mon morceau fétiche, c’est le « Caprice Arabe » de Francisco Tárrega. Sans que je l’ai vraiment décidé, il m’a suivi depuis le jour où je l’ai déchiffré, il y a presque 10 ans !

Examens, concerts, soirées entre amis, je l’ai joué partout où je suis allé. Je me souviens tout de même avoir eu une petite larme le jour où j’ai joué le thème pour la première fois.

Fanny

Prof de yoga, Perpignan

Je m’appelle Fanny, je suis née à Perpignan, dans le sud de la France, à proximité de la frontière espagnole. Cela m’a donné un goût pour les langues et les voyages. J’ai fait des études littéraires. J’ai poursuivi dans le commerce international.

Toute mon enfance, j’ai pratiqué la danse avec ma sœur, aînée de 8 ans. A la fin de ma vie étudiante, je suis partie à Londres où j’ai travaillé comme stewardess à l’Eurostar et ensuite du côté de Marseille comme assistante export.

Je suis retournée sur Perpignan et y suis restée durant 12 ans. Le temps d’avoir deux adorables enfants. Après avoir quitté le milieu bancaire dans lequel je travaillais depuis mon retour de Marseille, nous avons déménagé en Thaïlande afin de vivre une expérience à l’étranger et la faire partager à nos enfants, âgés alors de 4 et 5 ans.

Nous avons habité Koh Samui durant 9 mois et avons emménagé, après la fermeture de l’école Montessori dans laquelle nos enfants suivaient leur scolarité, sur Koh Phangan, l’île d’en face, plus sauvage et authentique.

Nous y sommes restés durant 1 an et demi et avons vécu en nous éloignant peu à peu du monde occidental et de la société de consommation. Plus proches de la nature, nous avons fait l’expérience d’une vie totalement différente.

C’est là-bas que j’ai découvert le Hatha Yoga.

De retour depuis décembre 2015, je souhaite faire partager ce savoir du bien-être, accessible à tous, et indispensable dans notre mode de vie européen. « Life is good with Yoga », pas de chichi ! Juste de la simplicité, de l’auto-écoute et quelques pointes de volonté suffisent pour se faire du bien au quotidien.

Une affinité pour le sport toujours présente

J’ai toujours aimé faire du sport. Depuis mon plus jeune âge, je pratique la danse. J’aimais beaucoup l’athlétisme à l’école : les sprints, l’endurance, le saut en longueur !

Etant de nature curieuse, j’ai profité d’être en Thaïlande pour m’essayer à des disciplines différentes comme le tissu aérien dont je projette de décliner cette connaissance à la pratique du yoga, le pole dance pour le côté performance mais aussi différentes sortes de danse.

A Koh Samui, j’ai découvert, par hasard, le Bikram Yoga. Mon conjoint et moi-même sommes rentrés dans cette salle, étouffante de chaleur, en disant au professeur qu’il devait y avoir un problème avec la clim car celle-ci diffusait de l’air chaud !

C’est comme ça que j’ai découvert que le concept du Bikram Yoga reposait sur la chaleur et qu’il fallait que la pièce soit à une température de 41° avec un taux d’humidité élevé.

Ce type de Yoga m’a poussé à travailler sur mon mental, à persévérer. Le plus dur pour moi était de résister à cette chaleur. J’y suis allée 3 fois par semaine durant 8 mois. Une fois à Koh Phangan, j’ai découvert le Yoga Ashtanga et le Hatha Yoga.

Cette passion s’est déclenché grâce à la combinaison de mes lectures à cette époque-là sur le moment présent, l’environnement luxuriant de l’île, les bruits de la nature autour de cette salle de Yoga et surtout d’une professeure de Yoga qui m’a insufflé la simplicité du bien-être.

Une nouvelle découverte de son corps et de soi

Chaque mouvement physique était associé d’un autre respiratoire. Prendre le temps sur les postures, écouter son corps, sentir chaque muscle sollicité répondre à son esprit.

Trouver le calme dans le mouvement, un autre espace entre chacune des pensées et les rendre de plus en plus espacées pour maintenir cette sérénité du silence. De nature rapide et dynamique, ce cours a été un déclic, la clef de mon propre bien-être.

Après quelques mois, j’ai décidé de suivre une formation pour devenir à mon tour professeure de Yoga dans l’objectif de véhiculer à mon tour cet accès au bien-être qu’il soit physique ou spirituel.

A Koh Phangan, nombreuses et différentes sont les écoles de Yoga. J’ai suivi ma formation au centre Samma Karouna. Elle a duré un mois, de manière intensive.

Cela a été réellement riche d’expériences et de savoirs : différents types de méditations dont quelques-unes en groupe, dansantes, par la respiration mais aussi des connaissances en anatomie, les origines du Yoga, la langue Sanskrit, l’Ayurveda et bien d’autres encore !

J’ai enseigné dans le centre en tant que bénévole à la suite de cette formation et ai commencé en même temps à dispenser des cours dans un resort 5 étoiles mais aussi à des particuliers en petit comité.

Les caractéristiques de la discipline et l’entrainement conseillé

Il n’y a pas de caractéristique que l’on ne possède déjà pour pratiquer le Yoga. Le choix est un élément nécessaire pour progresser et commencer à bénéficier des efforts réalisés sur le tapis.

Une fois la décision prise de se lancer dans la pratique du Yoga, le temps devient un allié. L’idéal est de pratiquer régulièrement, même si ce n’est que 10 à 15 minutes par jour.

Je pratique à peu de choses près tous les jours. La durée de ma séance varie en fonction de l’heure à laquelle je me suis levée et du temps dont je dispose avec le début de ma journée.

Généralement, je m’octroie une séance plus longue et complète le week-end. Le Yoga apporte un réel bien-être physique et spirituel. Cela permet de travailler son mental en douceur, de se connaître mieux et de se sentir plus « fort » physiquement.

Notre corps est la maison qu’habite notre esprit, notre âme, il est indispensable d’en prendre soin. Les deux, une fois alliés, nous permettent de prendre du plaisir à vivre, simplement.

Ses élèves, et les clefs de la réussite pour l’accomplissement de soi

J’ai principalement des débutants, c’est-à-dire des personnes qui ne connaissent pas le Yoga ou qui viennent avec une idée du Yoga et qui en ressortent avec une autre. Le Yoga est ouvert à tout le monde, chacun y trouve ce qu’il a envie d’y trouver.

Mon objectif c’est de les accompagner dans le chemin du bien-être. La plupart du temps, je m’adapte aux personnes présentes, au rythme général, à l’énergie du groupe. J’essaie de proposer des alternatives pour ceux qui ont plus de difficultés ou au contraire des facilités.

L’attitude d’un élève qui veut progresser, selon moi, est tout simplement de se consacrer, être là. ESSAYER. Faire du mieux que l’on peut (dixit un des quatre accords Toltèques). La patience est sans doute la principale difficulté à surmonter, ne pas vouloir aller plus vite que ce que son corps est capable de faire. Se respecter.

Tous les professeurs que j’ai eus sont des héros pour moi car tous ont su m’apporter une vision différente du Yoga, une nouvelle brèche à chaque enseignant. C’est cela qui m’a permis de me créer ma propre méthode.

Ce que j’apprécie dans l’enseignement, c’est l’envie de partager, de prendre soin de mes élèves pour qu’ils trouvent leur propre brèche pour accéder à cette envie quotidienne de pratiquer.

Quelques histoires peu communes !

J’ai plusieurs histoires marquantes qui se sont passées durant ma formation mais c’est quelque chose que j’ai ressenti dont j’aurais peine à exposer. En revanche, j’ai une petite anecdote durant une retraite spirituelle à Koh Samui, que j’ai fait lorsque j’habitais à Koh Phangan (oui Koh Samui c’était la Grand Ville !).

J’avais décidé de partir avec une voisine russe en retraite Vipassana (Méditation par la respiration consciente). Nous passions des heures à méditer du lever du soleil (assises, en marchant, en faisant du Yoga) et on recommençait jusqu’au soir.

Un jour, lorsque nous étions assis en groupe, nous entendîmes un grand bruit inattendu qui nous fit sortir de méditation. Un rat était tombé d’une poutre au beau milieu de la salle. Il était tombé car au-dessus de lui un serpent le pourchassait !

Nouritza

Prof de chant, Paris

Mon parcours

Je m’appelle Nouritza, j’ai 30 ans. J’ai grandi jusqu’à mes 11 ans dans le 94, à Alfortville, puis j’ai déménagé à Saint Barthélemy, aux Antilles. À 17 ans, le bac en poche, je suis revenue vivre à Paris pour étudier le théâtre et le chant.

J’ai baigné dans l’univers du spectacle très tôt grâce à ma mère qui était comédienne et chanteuse, et enseignait le théâtre à l’ADAC et au centre américain à Paris. J’ai donc commencé à étudier la musique (piano, solfège) et le théâtre, dès l’âge de 6 ans.

Quand je suis revenue sur Paris, en 2003, j’ai intégré l’ESCM. C’était une école formant au milieu de la comédie musicale. Malheureusement, l’école a fermé au bout d’un an.

Les enseignants, que ce soit en théâtre, en chant ou en danse, étaient tous formidables, et nous avions la chance d’étudier au Théâtre des Variétés, au théâtre du Gymnase et au Palais des Congrès.

C’est dans cette école que j’ai rencontré Yaël Benzaquen qui m’a enseigné le chant. Et plus tard, Renaud Hanson, avec qui j’ai pris des cours pendant 2 ans. Vous souvenez­-vous de ce qui a déclenché cette passion ? Je chante depuis l’âge de 16 ans, et j’ai eu très tôt des opportunités.

On m’a proposé un contrat chez Virgin suite à album « Sur l’oreiller » que j’avais créé avec Damien Somville, auteur compositeur, ou encore de participer à des émissions musicales… Mais ce n’est pas ce qui m’intéressait.

Le théâtre restait et reste encore ma première passion. C’est donc en quelque sorte grâce au théâtre que ma passion pour la voix est née. J’ai compris qu’en maîtrisant la technique vocale on pouvait faire disparaître tout un tas de symptômes (voix fragile, voilée, qui ne se pose pas, qui manque de grave etc…) mais aussi prendre considérablement confiance en soi.

En déployant sa voix, en acceptant de se faire entendre finalement, on apprend à s’affirmer.

Un développement personnel, accompagné de tendances variées

La confiance en soi comme je le citais plus haut, est un des véritables atouts que l’on gagne grâce au chant. Lorsque l’on doit par exemple prendre la parole en public la maîtrise de notre organe permet de nous faire entendre.

On pose sa voix, on la timbre.

Même si une émotion nous envahit (stress, angoisse etc.) on pourra utiliser la respiration ventrale ou un autre outil technique pour ne pas se laisser submerger. Le chant est un domaine d’expression qui permet de prendre beaucoup de plaisir.

La musique joue un rôle essentiel sur notre humeur. Un peu comme le soleil….! Il suffit d’entendre un morceau rythmé et de se mettre à chanter pour retrouver le sourire.

Mon répertoire est très vaste : le jazz (Billie Holliday, Sarah Vaughan, Ella Fitzgerald, Chet Baker…), la musique française (Boris Vian, Nougaro, Brel, Gainsbourg…), le rock (Beatles, Pink Floyd, Queen, Muse, Alanis Morissette…), la pop (Michael Jackson, Prince, Gloria Gaynor, Jamiroquai…), la musique classique (Mozart, Chopin, Beethoven…), le funk, le rap, la bossa etc.

Plusieurs héroïnes m’inspirent particulièrement : Liza Minelli, Julie Andrews et Judy Garland.

Un plaisir de partager et de voir ses élèves s’épanouir

J’aime transmettre. J’aime échanger avec l’élève. Adapter mon cours à sa demande, lui offrir un cours personnalisé. J’apprécie de voir un élève progresser à chaque cours. Il me fait progresser par la même occasion.

Je ne sais pas tout et j’apprends encore avec mes élèves. Disons que mon enseignement est en constante évolution.

Pour moi un bon enseignement, c’est donner à l’élève la technique et la confiance nécessaires pour qu’il puisse repartir avec des bases solides et prendre du plaisir à chanter.

J’aime également les moments avant ou après les cours, lorsque nous prenons quelques minutes pour discuter. Le chant est un art sensible. Pour moi, il est essentiel d’avoir un rapport de confiance avec l’élève, et de s’entendre, de bien communiquer.

Des profils d’élèves différents, avec chacun leur manière de travailler

Tous les profils sont différents, que ce soit en âge ou en niveau. Chacun de mes élèves a des envies particulières et c’est pourquoi j’adapte énormément mes cours.

J’ai des élèves qui ont entre 20 et 60 ans, qui souhaitent apprendre pour le plaisir ou pour atteindre des objectifs professionnels précis. Ils ont aussi chacun leur manière de travailler et de se motiver.

Certains travaillent beaucoup chez eux, d’autres préfèrent travailler uniquement durant les cours par peur de mal faire. Certains prennent plusieurs cours par semaine d’autres de façon plus irrégulière.

Cela ne me pose pas de problème car chacun a sa manière de travailler, et finalement j’arrive souvent à un résultat similaire en fonction des différents profils. Les gens repartent avec le sourire et sont très reconnaissants, et cela me fait beaucoup de bien de voir que mes cours plaisent.

Pour progresser, il faut être à l’écoute et accepter qu’apprendre à chanter prenne un certain temps. Il faut donc être très motivé par la matière et avoir profondément envie d’apprendre. Certains élèves se découragent dès le premier cours.

Ils voudraient que tout aille très vite. Mais ça ne passe pas comme ça. Aucun instrument ne s’apprend en 15 jours. Il faut du temps. Si on est patient et à l’écoute, on progresse très vite.

Les astuces pour réussir

Le matériel. Aujourd’hui je donne des cours individuels dans le 18ème mais je ne suis pas équipée d’un micro avec sono etc. C’est l’objectif en septembre. Ouvrir un cours collectif dans un studio et commencer à apprendre à mes élèves à se servir d’un micro.

Je souhaiterais également pouvoir les enregistrer et qu’ils suivent leur évolution. Et peut-être même, pourquoi pas, faire un spectacle à la fin de l’année… Aujourd’hui, j’ai besoin de plus de moyens matériels pour pouvoir faire évoluer mes cours. Si vous prenez des cours particuliers, vous progressez deux fois plus vite.

C’est un vrai luxe. Dans les écoles ou au conservatoire, il y a plusieurs élèves à gérer donc moins de temps pour faire du cas par cas, et les cours sont plus généraux. Le cours particulier, c’est un cours personnalisé. Adapté à l’élève.

Je ne sais pas ce qui pourrait faire de moi une Superprof. C’est toujours difficile de se vendre. J’aime la douceur et la bienveillance, tout en étant exigeante. Je pense être une bonne professeur de chant car j’aime profondément transmettre ce que j’ai appris. Et j’aime voir sortir mes élèves de cours avec le sourire.

C’est très important de découvrir des artistes d’horizon divers, et de former son oreille musicale.

Avez-vous des anecdotes ?

La belle histoire que j’ai vécue c’était en 2008 lorsque j’ai créé l’album « Sur l’oreiller » avec Damien Somville. Nous avions beaucoup travaillé, enregistré une maquette et nous ne savions pas vraiment si cela allait donner quelque chose.

J’avais décidé, sans grande conviction, d’envoyer la maquette à quelques Majors. Le lendemain de l’envoi, j’ai été contacté par Marc Pizon, à l’époque DA Junior chez Virgin, qui avait eu un coup de coeur et deux jours après j’étais dans son bureau.

Nous avions la possibilité de signer un contrat d’artiste en développement, mais je me suis rendue compte que mon vrai plaisir c’était le studio, et pas la scène. La scène pour le théâtre oui, ou pour un spectacle musical mais pas pour le chant.

J’ai donc tout arrêté et je me suis concentrée sur ma carrière de comédienne et je ne le regrette absolument pas. J’ai toujours fait confiance à ma petite voix intérieure.