Musique Soutien scolaire
Partager

Que faut-il savoir pour partir en voyage au Pays des Tsars ?

De Yann, publié le 26/06/2017 Blog > Langues > Russe > Tout Savoir Avant de Découvrir la Russie

Que vous vouliez partir découvrir les paysages russes par le Transsibérien entre Moscou et Vladivostok ou que vous souhaitiez simplement programmer un voyage sur mesure entre St Pétersbourg et le lac Baikal, un peu de culture russe s’impose !

Visiter la Russie ne devrait pas se planifier sans connaître un minimum le pays : sa langue, sa culture, son histoire et pas seulement les bars les plus branchés où consommer de la vodka !

Heureusement, Superprof est là pour vous faire un récap rapide.

Sophie

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Histoire de la langue russe

Charles-Quint, empereur des Romains, avait coutume de dire qu’il faut « parler espagnol avec Dieu, français avec ses amis, allemand avec ses ennemis, italien avec les femmes ».

Et la langue russe dans tout ça ?

D'où vient la langue russe ? Le Codex de Novgorod est le premier écrit retrouvé en vieux slave ou slavon.

L’appartenance de la langue russe

Le russe appartient au groupe des langues slaves, appartenant lui-même au groupe des langues indo-européennes. Parmi les langues slaves, on trouve le russe,  mais aussi :

  • le polonais,
  • le bulgare,
  • l’ukrainien,
  • le serbo-croate,
  • le tchèque,
  • le biélorusse,
  • le slovaque,
  • le slovène
  • et le macédonien.

Il est possible de rediviser les langues slaves en 3 sous-groupes. Le russe appartient donc aux langues slaves de l’Est avec le biélorusse et le l’ukrainien.

Les origines du russe

Les débuts de l’écriture du russe, qui deviendra le russe moderne, date de la fin du Xème siècle, après la conversion au christianisme de la région.

A l’origine, il s’agissait du slavon liturgique, aussi appelé « vieux slave » ou « vieux bulgare ». Comme avec la plupart des langues vivantes, des différences se sont créées entre la langue écrite et la langue parlée. Des simplifications phonologiques et morphologiques apparaissent alors.

Le slavon demeura la langue littéraire jusqu’à la fin XVIIème siècle. C’est avec le règne du tsar Pierre I le Grand que le vieux slavon disparaît au profit du russe moderne que nous connaissons. Les nombreux concepts technologiques, scientifiques, culturels et politiques rendirent nécessaires la création d’une nouvelle langue écrite. Cette langue emprunte bien entendu au vieux slavon, mais également à la langue vernaculaire et aux langues occidentales.

La prolifique littérature russe

L’immense différence avec le reste de l’Occident, c’est que la Russie ne connaît pas d’écrit avant le XIème siècle et encore ce ne sont que des écrits religieux. Ainsi les écrits les plus anciens semblent être le Codex de Novgorod.

Ilya Serman a d’ailleurs affirmé en 1992 :

« En Russie, il est impossible de découvrir aucune trace d’Humanisme, de Réforme ou de Renaissance. »

Pourquoi me direz-vous ? A cause du joug tatar : la chevalerie comme on a pu la connaître dans le reste de l’Europe est prohibée en Russie.

Les débuts de la littérature russe

Il faut attendre l’arrivée de Pierre I le Grand au XVIIIème siècle pour voir autorisée la littérature. Hé oui, encore lui !

C’est avant tout la poésie qui marque ce siècle. Gavril Derjavine est notamment un des premiers poètes russes. D’autres auteurs comme Antioch Kantemir, Vasily Trediakovski, et Mikhaïl Lomonossov forment la première vague littéraire russe.

Quels livres russes choisir ? Le grand auteur, un peu difficile à aborder, Dostoïevski.

La naissance du roman russe

On traduit de plus en plus de romans occidentaux, notamment ceux de l’abbé Prévost. Le roman suscite pas mal de débats en Russie, entre les conservateurs, qui n’en voient pas l’utilité, et les progressistes.

C’est au cours du XIXème siècle que les premiers auteurs russes éclosent à travers le romantisme.

C’est le siècle d’or de la littérature russe. On retrouve ainsi des auteurs comme :

  • Fiodor Dostoïevski (nous vous conseillons L’Idiot pour commencer, l’auteur n’étant pas facile à aborder),
  • Alexandre Pouchkine,
  • Nicolas Gogol
  • ou encore Léon Tolstoï.

Mais la littérature russe, c’est aussi le symbolisme et le futurisme représentés par Leonid Andreïev, Anna Akhmatova ou encore Ivan Bounine.

La littérature russe connaît un creux à l’arrivée au pouvoir de Staline, contraignant les écrivains à l’exil. La renaissance démarre pour la Russie à la fin du XXème siècle et des auteurs comme Alexandra Marinina, Daria Dontsova ou encore Vladimir Sorokine participent au renouveau de la littérature russe.

Quels auteurs choisir pour découvrir la littérature russe ?

Vous avez envie de vous initier aux méandres de la littérature russe ? Voici quelques auteurs pour commencer :

  • Ivan Tourgueniev : très facile à lire, il ne se perd pas en digression. Nous conseillons Premier amour et Pères et fils. Les deux traitent d’un choc générationnel,
  • Léon Tolstoï : comment ça vous n’avez pas encore lu Anna Karénine ? Peut-être avez-vous vu le film, ses bals, ses robes, ses adultères ? Mais Anna Karénine, c’est aussi la recherche spirituelle d’une jeune femme perdue,
  • Anton Tchekhov : principalement auteur de nouvelles, c’est souvent plus facile pour commencer. Nous conseillons Ma vie, un récit à la première personne d’un jeune noble qui préfère choisir un travail physique plutôt qu’un travail de bureau,
  • Nadejda Dourova : méconnue chez nous, elle a rédigé ses mémoires, Cavalière du Tsar, où elle y raconte sa carrière dans l’armée et ses voyages. C’est facile à lire et tellement inspirant !
  • Andreï Kourkov : ok, il est ukrainien mais il écrit en russe donc ça compte ! Les pingouins n’ont jamais froid est une épopée absurde entre hommes d’affaires véreux, rescapés de guerre et nécrologies rédigées en avance. Vous l’aurez peut-être compris, Kourkov, avec son humour noir, met en lumière les absurdités de l’ancien URSS.

Faut-il un visa pour partir en Russie ?

Pour voyager en Russie, de la Sibérie à Irkoutsk, en passant par une croisière sur la Neva, un visa est nécessaire. Le visa tourisme coûte 61 € et a une validité de 30 jours (il faut le demander au maximum 30 jours avant votre départ).

Comment obtenir le visa russe ?

La demande de visa est obligatoire pour les ressortissants français quelque soit la durée du séjour. Le visa tourisme offre la possibilité de rester 30 jours sur place, ce qui est généralement suffisant. Plusieurs étapes doivent être respectées :

  • Remplir le formulaire visa Russie : vous le trouverez sur le site du département consulaire du ministère des Affaires Etrangères de la fédération de Russie. Pensez à en faire une copie,
  • Fournir une photo d’identité de 4,5 cm de haut et 3,5 cm de large,
  • Avoir un passeport : assurez-vous qu’il reste valide six mois après la date de fin de votre visa et qu’il reste deux pages vierges pour apposer le visa. Dans le cas contraire, vous devrez faire une nouvelle demande de passeport, délivré généralement sous 3 semaines,
  • Souscrire une assurance rapatriement : soit une assurance spécifique, soit celle de la carte Visa Premier ou Mastercard. Pensez à vérifier les conditions et à garder une copie de l’attestation d’assurance rapatriement,
  • Avoir une invitation d’un russe : aussi appelée « voucher ». Il s’agit d’une invitation touristique que vous pouvez demander à l’hôtel dans lequel vous comptez séjourner.

Une fois tous les documents réunis, présentez votre dossier dans une ambassade ou un consulat russe.

Vous comptez visiter la Mongolie par le Transsibérien durant votre séjour ? Pensez à demander un visa double entrée.

Quels papiers faut-il pour obtenir son visa pour la Russie ? Il vous faudra un peu d’organisation pour obtenir le Saint Graal !

Que faire à votre arrivée en Russie ?

L’administratif n’est pas terminé pour autant à l’obtention de votre visa pour la Russie. A votre arrivée à l’aéroport international, il vous sera demandé :

  • De remplir le formulaire d’immigration : une partie est à rendre tout de suite, l’autre est à garder impérativement pour sortir du pays,
  • D’enregistrer votre visa : vous devez faire tamponner votre visa auprès de l’établissement dans lequel vous séjournez. Attention, les établissements les moins chers ne proposent pas toujours ce service. Vous serez peut-être amené à passer par une agence. Autre difficulté : si vous décidez de visiter plusieurs endroits en Russie, vous devrez faire tamponner votre visa dans chaque établissement où vous séjournez 3 jours ou plus.

Les Russes ne plaisantent pas avec le protocole. Pensez à garder des copies de vos documents officiels et à bien respecter tout ce qui est demandé. Autre conseil : ne prévoyez pas de sortir du pays le dernier jour de la validité de votre visa, on n’est jamais trop prudent !

Vaut-il mieux partir à Moscou ou à Saint Pétersbourg ?

Avant de voyager en Russie, coupons court aux idées reçues : la vie à Moscou et Saint Pétersbourg est moins coûteuse qu’en France ou en Belgique ! Cette excuse pour ne pas visiter la capitale moscovite ou la capitale du Nord ne tient donc pas.

Quelles sont les différences entre les deux villes ?

Moscou, capitale de la Russie fait 25 fois Paris, accrochez-vous pour la visiter sans prendre le métro de Moscou. Les vols depuis Paris sont plutôt abordables : à partir de 200 € l’aller-retour. L’alimentaire, les transports et les hôtels coûtent 50% de moins qu’en France par exemple.

Moscou est davantage connue pour faire la fête. Les habitants sont réputés plus chaleureux mais aussi plus superficiels qu’à Saint Petersbourg. Mais la culture est aussi présente à Moscou : le Kremlin, la place rouge, le mausolée de Lénine, la cathédrale Saint Basile…

Saint Pétersbourg est connue comme la capitale des Tsars. Elle est moins étendue que sa grande soeur mais fait tout de même 14 fois Paris. Le style architectural est bien entendu similaire à celui de Moscou, mais quelques différences sont notables.

Saint Pétersbourg apparaît plus froide que Moscou avec son architecture très organisée et son absence de petites ruelles et d’impasses qui font le charme de Moscou. La capitale du Nord est restée proche de son héritage européen et ses habitants sont perçus comme discrets et ayant un esprit plus cloisonné que leurs voisins moscovites.

Mais Saint Pétersbourg, c’est avant tout la culture avec ses nombreuses églises et ses musées d’art, du chocolat ou de la torture, mais surtout son musée de l’Ermitage !

Comment choisir entre les deux grandes villes de Russie ? Alors plutôt Moscou ou Saint Pétersbourg ?

Vous n’arrivez pas à vous décider ? Faites les deux !

Le meilleur moyen de se faire sa propre opinion est de visiter les deux. De nombreux tours opérateurs vous proposeront un « circuit Russie » pouvant inclure les deux principales villes du pays.

Et si vous ne voulez pas passer par une agence de voyage, sachez que la liaison entre les deux villes peut se faire grâce au mythique Transsibérien. Une expérience en plus à vivre !

Pourquoi ne pas se laisser tenter par une croisière sur la Volga pour rejoindre les deux villes distantes de seulement 600 kilomètres ? Vous pourrez découvrir au passage de jolis villages comme Goritsy ou l’île de Kiji.

Enfin, des vols low cost assurent la liaison pour une trentaine d’euros ,voire moins si vous vous y prenez à l’avance.

En synthèse : 

  • La Russie étant un pays où l’anglais n’est pas énormément parlé, il vaut mieux connaître quelques bases de russe avant de partir. L’histoire de la langue peut vous aider à comprendre ses origines et à en apprendre les subtilités.
  • La littérature russe est très riche et même si vous ne lisez pas en version originale, cela vous permettra de vous imprégner de la culture du pays avant d’y aller.
  • La procédure d’obtention du visa est un peu plus compliquée que dans la plupart des pays. Pensez-y et prévoyez un mois d’organisation avant de quitter la France pour la Russie.
  • Entre Moscou et Saint Pétersbourg, votre cœur balance ? Visitez les deux, c’est plus sûr !
Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *