Le magazine qui aime les profs, les élèves, les cours particuliers et le partage de connaissances

A la découverte du système d’écriture phonétique chinois

Par Yann le 27/03/2017 Blog > Langues > Chinois > Qu’Est ce que le Pinyin ?
Table des matières

“A qui sait attendre, le temps ouvre ses portes.”

Ce proverbe chinois résume avec poésie le long chemin linguistique qu’ont parcouru les apprenants étrangers de la langue de Confucius…

Livrés à eux-mêmes, dans une langue chinoise dont les tons sont si différents, à l’alphabet et à la forme grammaticale auxquels les langues latines les ont habitués… Parler, comprendre et écrire chinois était pour eux synonyme de courage, de volonté et d’abnégation.

Bien qu’il soit toujours décrit comme difficile, cet apprentissage a changé du tout au tout lors de l’uniformisation de la langue chinoise et de l’introduction du pinyin, un système phonétique chinois construit sur l’alphabet latin.

Selon la BBC, la Chine comptait plus de 85% d’illettrés avant le passage au pinyin, aujourd’hui le taux d’alphabétisation avoisine les 95% selon les chiffres de l’Unicef. (On dit merci qui ?)

Ce système a formellement bousculé les codes puisqu’il a aussi servi lors de la transmission des caractères chinois dans leur version numérique avec l’arrivée des ordinateurs, smartphones et tablettes.

Formellement connu sous le nom de “Hanyu Pinyin”, on lui doit aussi la montée en puissance d’une version chinoise du Braille, qui n’existait pas ou de manière non fonctionnelle jusqu’alors.

Considéré comme simple, mais élégant par certains professeurs universitaires de chinois mandarin, voyons de quoi est constitué ce système de transcription et ce qu’il peut apporter à ceux qui veulent suivre des cours de chinois…

Pourquoi la République Populaire de Chine a créé le Pinyin ?

Le pinyin à contribué à la standarisation des noms chinois. Dans certaines communautés chinoises, comme à Taïwan et Hong Kong, on continue d’utiliser des alternatives au Pinyin.

Je vois toujours le pinyin comme un pont entre la Chine et le reste du monde, un pont entre les cultures.

Mort à 111 ans, le linguiste Zhou Youguang, considéré comme le père du système d’écriture Pinyin a permis de moderniser la langue chinoise et de la rendre accessible à l’occident.

Son projet de transcription de la langue chinoise –  approuvé le 11 février 1958, pendant la cinquième session plénière de l’Assemblée populaire nationale de la République populaire de Chine –  fut mieux accueilli que les systèmes de transcription plus anciens comme notamment le :

  • Système Wade-Giles, créé en 1859 puis modifié de nouveau en 1912. Ce système britannique fut le plus populaire durant le début du 20ème siècle.
  • Bopomofo, qui reste un système utilisé en Chine.

Donnant lieu à une nouvelle ouverture sur le monde, grâce à son officialisation – dans un premier temps – par l’Organisation internationale de normalisation de la République populaire de Chine en 1979 – le pinyin est un système de romanisation du chinois mandarin.

Dans un deuxième temps, c’est via la romanisation dans les instances gouvernementales de la République de Chine (Taïwan), qu’il fut adopté en 2009. Ceci étant, il n’est pas pour autant imposé dans l’éducation ou les méthodes de saisie informatique Taiwanaises.

Qu’on l’écrive 拼音 ; pinyin : Pīnyīn ; Wade : P’in¹-yin¹ ; EFEO ou encore P’in-yin, il reste indéniablement le système de transcription de cette langue le plus répandu de nos jours dans les ouvrages modernes.

Évidemment, des systèmes similaires ont été élaborés pour faciliter l’uniformisation des autres nombreux dialectes chinois et des minorités “non han” de la Chine, mais ils n’ont jamais été adoptés à un niveau international comme le pinyin.

Portant aujourd’hui l’identifiant ISO 70981, c’est dans une optique, comme son nom l’indique, “d’assembler les sons” ou “d’épeler les sons” que ce système de transcription phonétique du mandarin a vu le jour.

Aussi, c’était une manière législative de répondre à la demande croissante des étrangers, pour la plupart occidentaux, de faciliter l’apprentissage du chinois. Celui-ci était alors encore plus compliqué car les caractères s’apprenaient au travers d’un alphabet phonétique constitué lui aussi de caractères : le bopomofo.

Enfin, l’objectif était aussi national, car à travers le pinyin la Terre du Milieu envisageait de favoriser l’alphabétisation de sa population dont les chiffres coupaient l’appétit au ministère de l’éducation même devant un bon canard laqué de Pékin en tranches.

Aujourd’hui, le pinyin et ses caractères simplifiés qui ont été appliqués à l’échelle du pays de façon progressive – avec une version finale uniquement validée en 1986 – ont permis d’ouvrir l’apprentissage de la calligraphie au peuple et non plus uniquement aux élites comme c’était le cas autrefois.

C’est pour cette raison que lorsqu’un nouvel étudiant se plaint de la difficulté du chinois il suscite les railleries des plus anciens qui ont connu une formation beaucoup moins facile !

Lettres et tons composants le Pinyin

Le temps de l’élaboration du système pinyin étaient source de moqueries de la part des linguistes chinois. Le pinyin est la raison pour laquelle le nom de la capitale chinoise Pékin est désormais connu comme Beijing en occident.

« Sans alphabet nous devions parler d’une bouche à une autre, d’une oreille à une autre » Zhou Youguang

C’est sur cette pensée que le précurseur des longs travaux d’uniformisation de la langue chinoise a construit ce qu’il nomme un “un pont entre les locuteurs chinois”.

Son système phonétique pinyin ayant recours à 25 des 26 lettres de l’alphabet latin, a changé à jamais l’apprentissage du chinois mandarin pour les étrangers.

La lettre “V” étant la seule a avoir été laissée à l’abandon linguistique, le chinois mandarin est beaucoup plus simplifié grâce au pinyin, bien que cette transcription officielle ne se lise et ne se prononce pas comme le français.

Les francophones sont prévenus… Il y aura du travail individuel !

Se perfectionner en pinyin sert de rampe de lancement linguistique pour se lancer dans l’apprentissage des caractères chinois, qui eux, n’ont rien à voir avec l’alphabet latin.

Les tons du pinyin

On commence par ce qui est réputé le plus difficile chez les apprenants et qu’ils étudient à l’institut Confucius, en écoles de langues chinoises ou encore en immersion en Chine : les tons chinois.

En effet, en termes d’expression orale en chinois mandarin, chaque syllabe peut être prononcée suivant 4 intonations totalement différentes auxquelles on ajoutera le ton neutre :

  • 1er ton : l’accent se représente comme suit “-” comme dans “mā” ou 妈 qu’on trouve dans maman. C’est le ton haut.
  • 2ème ton : l’accent qu’on pose sur la voyelle est celui-ci “/” qu’on trouve dans “má” ou 麻 qu’on trouve dans chanvre. C’est le ton montant (accent aigu en pinyin).
  • 3ème ton : L’accent à utiliser est comme “v” qu’on trouve dans “mǎ” ou 马 qu’on trouve dans cheval. C’est le ton bas, descendant légèrement puis remontant.
  • 4ème ton : L’accent se représente ainsi “\” qu’on trouve dans “mà” 骂 qu’on trouve dans insulter. C’est le ton descendant et bref (accent grave en pinyin).
  • 5ème ton : ma 吗 (part. interrogative) c’est le ton neutre.

Les consonnes du pinyin

Une chance pour les étudiants dont le français est la langue natale, de nombreuses lettres du pinyin se prononcent de la même façon que dans la langue de Molière !

Comment prononcer les voyelles composées du pinyin ? Quelles sont les consonnes qui se prononcent avec la pointe de la langue ?

Ainsi on aura :

  • Les consonnes F, L, M S et la voyelle Y pour lesquelles seul l’accent du locuteur chinois fait varier la prononciation.
  • La lettre “A” qui se prononce de la même façon qu’en français dans la formation de syllabe comme : ya, wa, la, ma,…
  • Le “O” quant à lui possède une prononciation quasi similaire au français mis à part léger ‘u’ avant la lettre ce qui donnera : MO : ‘MuO’ ou encore PO=’PuO’.

Découvrez également l’histoire des langues chinoises

Faut-il focaliser son apprentissage sur le pinyin ?

Vous vous demandez peut-être : quelle langue chinoise apprendre en priorité ?

Véritable outil facilitant l’apprentissage du chinois, le Pinyin ne peut être critiqué. Néanmoins, ce soutien est en termes linguistiques nuisible pour un apprenant.

Je m’explique… Une fois les tons, la prononciation et la compréhension orale acquises grâce à cette transcription en caractères latins du chinois, il est nécessaire de vite se reconcentrer sur les sinogrammes, les caractères chinois millénaires.

Toutes ces heures de cours, lors de l’initiation au mandarin, que l’on passe devant le système pinyin sont là pour améliorer la compréhension, mais ne servent que de palier pour passer à la véritable structure du système de la langue chinoise.

Les étudiants ne peuvent pas tout faire en pinyin !

Une fois passée la porte de la salle de classe, le pinyin n’est plus utilisé et les caractères que l’on rencontre lors d’un voyage en Chine, un échange universitaire ou encore lors d’une expatriation professionnelle sont bel et bien ceux des idéogrammes et de la calligraphie.

Quelle est la différence entre les consonnes sourdes et les consonnes aspirées en chinois ? Le nom entier de Mr. Zhou, le créateur du système d’écriture phonétique pinyin, se prononce Joe Yo-Gwong.

Certes le pinyin est plus facile à lire, plus simple à écrire et il permet d’établir une communication, mais il mène les étudiants étrangers vers la facilité au point même de délaisser, souvent, l’apprentissage des hanzi ou caractères chinois.

Ce n’est pas la meilleure solution ! Tout comme de regarder un film chinois en sous-titres français, de réviser la veille du concours HSK ou encore de cuisiner des plats réchauffés.

La solution consisterait à se forcer à éliminer progressivement le pinyin au fur et à mesure que l’on apprend les caractères chinois.

Quand je dis éliminer, cela reviendrait à faire abstraction totale du pinyin au profit des caractères chinois jusqu à en supprimer l’existence dans le cahier d’écriture de l’étudiant.

C’est indéniable pour progresser, voire maîtriser le chinois mandarin : il est nécessaire d’habituer son cerveau au décryptage, à la reconnaissance et à la compréhension des caractères chinois.

Se focaliser sur le pinyin revient à s’induire en erreur linguistique, facilité par les voyelles pour lire les sons et la similitude avec l’alphabet latin.

Découvrez enfin l’influence du chinois en Asie !

Nos précédents lecteurs ont apprécié cet article

Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
Yann
Fondateur de SuperPROF, je suis dévoré par l'envie de découvrir et de toujours apprendre de nouvelles compétences.

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz